À la uneUQAMUn peu de OUMF pour la rentrée

Avatar Étienne Dupuis2 septembre 20112 min

À l’initiative de la Société de développement du Quartier latin, l’UQAM s’associe à la toute première édition du festival OUMF du 1er au 10 septembre. L’évènement inaugure la rentrée culturelle du quartier et se tient en même temps que la rentrée des classes de l’Université du peuple.

Antidote 10

Pour l’occasion, des étudiants de l’UQAM ont aménagé à la place Pasteur une installation éphémère baptisée Le mouvement des idées. Cette initiative, née il y a trois ans, a pour but de transformer la place publique située sur la rue St-Denis en un espace de réflexion. «Nous avons voulu créer un espace pour réfléchir, pour permettre aux gens de se reposer et de se ressourcer», explique Maxim Bonin coproducteur de cet espace de rassemblement. L’installation temporaire, accessible jusqu’au 28 octobre, sera divisée en trois sections. Des dossiers ont été installés sur les deux premières plateformes afin de permettre aux gens de se reposer alors que l’autre servira de scène pour les différentes activités du festival.

Trois événements se dérouleront à cet endroit durant le festival. René Binette viendra y présenter son exposition évolutive et itinérante sous le thème Habiter une ville durable le 6 septembre à 12 h 30. Les participants seront invités à méditer sur trois grands thèmes: se loger, se déplacer et consommer. Christian Laurence, ancien étudiant de l’UQAM, tiendra également une conférence sur le mouvement Kino’00, une école pour de nombreux cinéastes en herbe, qu’il a lui-même fondé en 1999. L’ambiance sera à la fête le 8 septembre dès 20 h 00 alors que Poirier et PTP (Pompe tes Pipes) feront vibrer la rue St-Denis (entre Maisonneuve et Ste-Catherine) à l’initiative de CHOQ, la radio web de l’UQAM.

Pour Maxim Bonin, finissant du DESS en design d’évènements et coproducteur de l’espace éphémère de la Place Pasteur, si le Quartier latin est ce qu’il est aujourd’hui, c’est largement grâce à l’Université. «L’effervescence de l’endroit, ce sont les étudiants qui la créent», juge-t-il.

L’UQAM considère également le festival comme une belle façon de s’approprier les lieux urbains entourant son enceinte. «Le Quartier Latin c’est en quelque sorte le campus de l’Université. Pourquoi ne pas en profiter puis l’animer?», lance Maude N. Béland, conseillère en relations avec la presse et évènements spéciaux de l’UQAM,. Elle souligne que les 40 000 étudiants de l’Université représentent une partie important de la clientèle du Quartier latin et invite donc les étudiants à découvrir ce nouveau festival.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *