À la uneCultureDeuxième EP pour Bad Nylon : pas bad du tout

Avatar Raphaëlle Ritchot29 octobre 20153 min

En janvier dernier, elles sortaient Musique de Brunch. Neuf mois plus tard, les filles de Bad Nylon reviennent en force avec Le Deuxième Set, un titre d’album qui n’a pas été choisi au hasard et qui saura accrocher un sourire aux fans plus féministes (Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir).

Le groupe Bad Nylon s’est formé alors que les filles, qui étaient des amies d’université à l’UQAM, ont constaté le peu de présence féminine sur la scène du rap québécois. Les paroles et les beats sont entièrement composées par les membres du groupe, qu’elles classifient comme «post-hypersexualisation». 

Dans le nouvel EP, la qualité des beats s’est fortement améliorée, ils semblent plus travaillés, mieux apprêtés. Si les deux premières chansons rappellent Musique de Brunch, par leurs rythmes plus funky et conviviaux, le reste de l’album étonne.

Les pièces Boucane et Jingle Dead proposent une atmosphère plus obscure, voire mystérieuse. Jingle Dead, en plus de son rythme trap souligné par les synthétiseurs, mélange extraits audios et bruits de coups de fusils, pour une ambiance de Noël trash assurée.

Avec Happy Meal, les interprètes prouvent leur facilité pour l’autodérision. Dans le milieu du rap, d’ordinaire, les artistes n’ont pas toujours eu des vies ou des enfances faciles. Happy Meal est un hymne aux enfances heureuses que les filles ont vécues, «Polly pocket», «Aubainerie» et «P.E.I.» inclus.

Les rappeuses ont toujours prouvées qu’elles savaient jouer avec les mots et aucune pièce sur Le Deuxième set n’y fait exception. L’album se termine sur une note plus intime avec L’ombre de ton sourire où figures de styles au sujet de la drogue et amour se côtoient.

Le Deuxième set a été lancé officiellement jeudi le 8 octobre dernier, au Petit Campus.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *