À la uneBaromètreL’envers du vestiaire

Avatar Jean Balthazard5 mars 20152 min

Le cinéaste américain Gabe Polsky signe son premier documentaire en tant que réalisateur avec Red Army, témoignage des pratiques du hockey soviétique et de son lien étroit avec les fondements même de l’URSS.

Antidote 10

Présenté hors compétition au dernier Festival de Cannes, le film détaille l’expérience vécue par les joueurs de l’équipe de hockey de l’Armée rouge, le CSKA Moscou. Ces athlètes n’ont d’autre choix que de prouver la supériorité du système communiste. Ils ont été pendant plusieurs années la plus grande dynastie du hockey international, mais ils doivent composer avec un isolement quasi-total et une surveillance constante d’agents des services secrets.

Gabe Polsky, né d’immigrants venus d’URSS, retrace le parcours de l’équipe nationale soviétique à l’aide du défenseur étoile Viatcheslav Fetisov. Les témoignages de M. Fetisov accompagnés d’interventions sporadiques de personnalités du hockey, telles que Scotty Bowman et Vladislav Tretiak, permettent au réalisateur d’illustrer l’histoire de la guerre froide menée sur la glace et la décadence vécue par l’Union soviétique sur les plans social, culturel et politique. L’exode des joueurs russes vers la Ligue nationale de hockey démontre d’ailleurs le changement de mentalités dans la société communiste à l’approche de l’effondrement de l’URSS.

Le documentaire a le mérite de viser un public plus large que les fanatiques de sports et les soviétologues. La passion du Gabe Polsky envers le hockey soviétique a permis au réalisateur d’illustrer un sujet, maintes fois abordées, avec un angle intéressant. Les entrevues laissent toutefois transparaître une domination des intervenants envers le cinéaste, particulièrement dans le cas de Viatcheslav Fetisov. Cette présomption incite à se demander si le réalisateur est bel et bien parvenu à aller au bout de sa démarche journalistique. Les archives dignes d’une recherche étoffée viennent néanmoins agrémenter le documentaire et sensibilisent le spectateur à des images peu diffusées. Bref, Red Army vaut le détour, beaucoup plus qu’un piètre match entre les Canadiens de Montréal et les Sabres de Buffalo.

 

3,5/5

Red Army, Gabe Polsky, Etats-Unis, 85 minutes, sortie en salle depuis le 27 février 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *