BaromètreCultureL’envers de la médaille

Avatar Jasmine Legendre28 février 20152 min

La pièce Hamelin de l’auteur espagnol Juan Mayorga était présentée du 19 au 28 février par les finissants de l’École supérieure de théâtre. La pièce audacieuse aborde un sujet controversé et rarement exploité au théâtre: la pédophilie.

Les étudiants en jeu, scénographie et études théâtrales se sont attaqués à un sujet difficile et rempli de tabous avec une sensibilité déroutante. Alors qu’il est habituel de concevoir le pédophile comme un opprimant, il prend dans Hamelin le rôle de victime du système. Rien ne prouve sa culpabilité, mis à part deux confessions d’enfants. Ceux qui essaient de faire éclore l’histoire naviguent dans la manipulation, le mensonge, la vérité et sèment le doute chez le spectateur.

L’histoire est racontée comme un conte avec l’annoncier qui agit comme narrateur. Malgré la lourdeur de ses propos, l’annoncier s’adresse parfois directement au public en leur donnant des leçons de théâtre qui ajoutent une petite touche comique à la pièce.

En plus de la mise en scène différente qui allie mouvements et danse, la scénographie et les éclairages de la pièce sont impressionnants. À travers les jeux d’ombres et de perspectives, les acteurs se retrouvent parfois emprisonnés dans la ville d’Hamelin et d’autres fois au-dessus de tout. Le spectateur se questionne donc sur le statut du personnage dans la société.

La pièce se veut un cri du cœur des accusés qui sont souvent condamnés par la société avant d’avoir été reconnus coupables. Le public a tendance à adhérer à «l’information spectacle» de certains journaux. Le metteur en scène Éric Jean a choisi cette pièce pour exprimer l’ignorance du public dans des cas comme la pédophilie. Les «justiciers» font parfois tout pour que leur histoire ne tombe pas dans l’oubli.

 

Hamelin est présenté jusqu’au 28 février au Studio-théâtre Alfred-Laliberté de l’UQAM. Mise en scène par Éric Jean. Texte de Juan Mayorga.

Pour plus d’informations, visitez la page web de la pièce.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

À lire aussi