À la uneUQAMGrogne générale illimitée

Avatar Jean-Philippe Proulx19 mars 20143 min

Deux ans après avoir combattu la hausse des frais de scolarité du gouvernement libéral, des étudiants de l’UQAM s’apprêtent à prendre la rue à nouveau pour dénoncer l’austérité du gouvernement péquiste. 

Les associations facultaires étudiantes de science politique et droit, des sciences humaines, des arts ainsi que des langues et communication ont voté pour un bref retour à la rue. Elles ont répondu à l’appel lancé par l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE). À grande majorité, les différentes assemblées générales se sont prononcées en faveur de deux journées de grève, les 2 et 3 avril prochain; l’une pour dénoncer des mesures austères de l’administration uqamienne, et l’autre, afin de joindre une manifestation nationale contre l’austérité.

La direction de l’UQAM assure que l’Université restera ouverte les 2 et 3 avril et les activités continueront de s’y dérouler. «Le professeur, la personne maître de langue ou chargée de cours doit se présenter en classe selon l’horaire prévu et y dispenser son cours», signale la porte-parole de l’UQAM, Jenny Desrochers.

Thomas Dallaire-Boudreault, étudiant au baccalauréat en animation et recherche culturelle, déplore la faible participation à l’assemblée générale (AG) de l’Association facultaire étudiante des langues et communication (AFELC) qui a rassemblé une centaine de personnes. Bien que la très grande majorité des membres était convaincue de la pertinence de cette grève, certains ont manifesté leur dissidence. «Je ne vois pas pourquoi on ferait la grève contre l’austérité; on est en élections», a lâché un étudiant au micro. Caroline Monast-Landriault, une étudiante en études théâtrales et membre de l’Association facultaire des arts (AFEA), s’est désolée d’entendre les mêmes commentaires que lors de la grève générale de 2012. «Surtout en art, il faut être ouvert d’esprit, on sait qu’on ne s’en va pas sur le marché du travail pour faire du cash. Il y avait quand même des gens qui avaient ce discours-là. Ils avaient hâte de finir leur bac pour avoir un emploi», regrette l’étudiante.

De nombreux enjeux se retrouvent à l’ordre du jour, autant sur le plan local que national. «L’Association facultaire étudiante des sciences humaines (AFESH) se positionne contre le Plan du directeur immobilier de l’UQAM qui prévoit le déplacement du département de psychologie dans le département des sciences. Depuis longtemps, on souhaite avoir davantage d’informations, mais on obtient toujours des infos contradictoires», explique Simon Michaud-Blais, secrétaire aux finances de l’AFESH. La vidéosurveillance, la finalité des cycles supérieurs ainsi que la précarité du Syndicat des étudiants et étudiantes employé-e-s (SETUE) font également partie des enjeux autour desquels les associations souhaitent créer une réflexion le 2 avril prochain. Caroline Monast-Landriault souhaite, en plus de quelques perturbations, aborder une discussion sur les coupures gouvernementales en culture.

De son côté, l’Association facultaire étudiante de science politique et droit (AFESPED) compte utiliser tous les moyens à sa disposition pour mobiliser les étudiants afin de faire lever les cours et grossir les rangs lors de la journée du 2 avril. «C’est important d’assurer une participation pour que ça ait valu la peine qu’on se donne une grève ces journées-là», déclare la coordonnatrice aux affaires internes à l’AFESPED, Sarah Harper. Elle souhaite ainsi que les étudiants soient informés sur des enjeux concernant l’UQAM, comme les employés de la SETUE sans contrats depuis le 1er janvier dernier.

La manifestation nationale du 3 avril organisée par l’ASSE s’inscrit en réaction à l’austérité du budget Marceau et des 18 mois de gouvernance du Parti québécois. «Les étudiants ont des emplois précaires, moins de temps à consacrer au travail. Si les tarifs d’hydroélectricité augmentent, ça nous rentre dans le ventre tout de suite», affirme Sarah Harper. Du côté de l’AFESH, on souhaite également dénoncer la charte des valeurs québécoises dans le but éventuel d’une mobilisation plus large au sein de l’Alliance canadienne des associations étudiantes.

L’Association étudiante de l’École des sciences de la gestion n’a pas l’intention de faire une assemblée générale à ce sujet, tandis qu’une pétition circulant auprès des membres de l’Association des étudiants et étudiantes de la faculté des sciences de l’éducation pourrait prochainement faire organiser une AG de grève. L’Association étudiante du secteur des sciences a quand à elle voté contre une grève en assemblée générale. Le 19 mars, l’ASSE annonçait que 25 000 étudiants du Québec seront en grève le 3 avril prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *