À la uneCultureLes Soeurs Boulay sur une lancée

Avatar Olivier Lefebvre8 novembre 20132 min

Les Soeurs Boulay ont littéralement étincelé jeudi sur la scène du Club Soda à l’occasion de l’ouverture du 27e Coup de Coeur francophone. Leur prestation ficelée au quart de tour a duré près de deux heures.

Les deux artistes ont livré tous les morceaux de leur premier album Le poids des confettis. À plusieurs moments, le public avait aussi l’impression d’être transporté dans un spectacle d’humour. «On est plus wild que vous ne le pensez», a lancé Mélanie Boulay. Les soeurs exploitent la force de leur lien familial avec brio. Soit avec complicité ou bien en s’envoyant des flèches. «Il faut que je cache un oeil de Mélanie quand elle tire de la carabine», a confié Stéphanie en faisant référence à leur passe-temps gaspésien. Bien qu’elles soient de plus en plus connues du grand public, elles ont tenu à rappeler qu’elles n’avaient aucun lien de parenté avec Isabelle Boulay: «rassurez-vous, elle n’est pas en coulisse pour venir chanter avec nous».

Le duo a été sacré révélation de l’année au dernier Gala de l’ADISQ. Un véritable coup de canon pour leur popularité. En écho à cette nouvelle notoriété, la salle était remplie d’un public diversifié à souhait. Les petites tables de style bistro étaient occupées tant par des couples âgés que des étudiants dans la vingtaine, ou des adolescents qui y avaient traîné leurs parents à leur plus grand plaisir.

La scène était assez épurée. Quelques ampoules suspendues ici et là. Les Soeurs Boulay ont pris place sur de véritables palettes de bois industrielles. Pour le rappel, elles et leurs musiciens se sont aventurés jusqu’à la mezzanine.

Catherine Leduc en mode solo

En première partie, Catherine Leduc, moitié du couple Tricot Machine, a présenté pour la première fois son projet solo devant un vaste public. Sa voix douce et aiguë rappelle  celle de Fanny Bloom, mais demeure un peu plus éteinte que son homologue. L’univers de Tricot Machine est toujours perceptible. Malgré les similitudes, le rythme est plus lent et la guitare plus présente que sur les offrandes précédentes du duo. Les métaphores d’animaux sont par ailleurs bien encrées dans les créations de l’artiste. Ses pièces Les vieux hiboux, Palatouche ou Houston, le nom de son chat, en témoignent. «Il ne faut pas prendre tout au pied de la lettre», a-t-elle tenu à rappeler au public. Catherine Leduc avait présenté quelques-unes de ses nouvelles chansons au Bistro In Vivo lors de la dernière édition du Coup de coeur francophone. Son album solo est attendu pour avril 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *