Culture45e anniversaire de la LNI : une célébration remplie de nostalgie 

Mathilde Beaulieu-Lépine25 octobre 20224 min

Le Club Soda a célébré en grand le 45e anniversaire de la Ligue nationale d’improvisation (LNI) ce jeudi 20 octobre. L’équipe formée des acteurs et actrices de la série culte Dans une galaxie près de chez vous (DUG) s’est mesurée à une équipe d’étoiles de la LNI, dans le cadre d’un match-bénéfice historique.

Par Mathilde Beaulieu-Lépine

À l’occasion de ce match-bénéfice, des figures emblématiques du monde de l’improvisation québécoise, telles que Claude Legault et Stéphane Crête, sont sorties de leur retraite pour revenir sur scène. « C’est comme jouer avec les Rolling Stones », a avancé Salomé Corbo, qui en est à sa 21e saison avec la LNI, en parlant de l’équipe DUG.

Sous l’œil aguerri de l’arbitre Yvan Ponton, les deux équipes ont exploré divers univers. L’esprit de compétition n’étant pas au rendez-vous ; les interprètes ont su travailler ensemble pour offrir le meilleur spectacle possible. Les spectateurs et spectatrices ont quand même été invité(e)s à voter d’une toute nouvelle manière. « D’une façon nette et précise, connectez-vous », explique l’arbitre. C’est l’expression qui a été utilisée toute la soirée pour inciter les gens à voter à l’aide de leur cellulaire, une première dans la ligue.

Les artistes se sont permis de replonger plusieurs fois dans l’univers de Dans une galaxie près de chez vous en se glissant dans la peau de ses personnages ou en jouant le rôle d’un(e) fan de la série.

La joueuse Pascale Renaud-Hebert a interprété une stagiaire admiratrice de l’équipage du Romano Fafard lors d’une improvisation mixte haute en émotions. Le public a semblé grandement apprécier ce clin d’œil.

Plusieurs personnes dans la salle avaient acheté leur billet dans le but de revivre la magie de la série télévisée québécoise. « Je ne suis jamais allée voir un match d’impro, mais Dans une galaxie près de chez vous, ça représente mon enfance », révèle Marie-Hélène, une spectatrice.

Un revirement de situation espéré

Chaque équipe a rapidement imposé son propre style. L’équipe DUG a misé sur un jeu physique et des mises en scène claires, tandis que l’équipe de la LNI s’est concentrée sur la création d’histoires structurées.

Au bout des 16 improvisations planifiées, le score était de 9 à 7 en faveur de la LNI. Pour faire durer le plaisir, les interprètes ont « lancé le jersey », ce qui consiste à donner un point à l’autre équipe. Une première improvisation mixte de prolongation a égalisé le pointage, et une deuxième a couronné l’équipage du Romano Fafard comme grand gagnant de la soirée.

Même si l’équipe DUG repart avec sa troisième victoire en trois matchs joués depuis 2003, les vrai(e)s gagnants et gagnantes sont les joueurs et les joueuses de la ligue : un total de 100 000 $ a été amassé au cours de la soirée. Cet argent servira à maintenir en vie la ligue, pilier de la scène québécoise d’improvisation.

Une effervescence palpable 

Le 45e anniversaire de la LNI est une bonne occasion pour s’interroger sur le futur de la ligue, selon Salomé Corbo. Cette dernière convient que la LNI regorge de relève, mais certains vétérans et certaines vétéranes ne sont pas prêts et prêtes à quitter la ligue. « Je vais jouer jusqu’à ce que je meure, je m’en [fous] que vous me vouliez ou non! », s’exclame Réal Bossé, joueur ayant cumulé 25 saisons, soit le plus grand nombre enregistré à la LNI, à égalité avec Sophie Caron.

Le 21 octobre 1977 avait lieu le tout premier match d’improvisation à Montréal. Depuis, des centaines de personnes se déplacent chaque semaine pour voir des interprètes improviser une foule d’univers sur scène. Salomé Corbo explique que si l’improvisation a persisté à travers le temps, c’est que « c’est naturel chez l’humain d’improviser. Ce qu’on fait sur scène est juste d’encadrer ça. »

Quant au futur de Dans une galaxie près de chez vous, Claude Legault a fait une annonce importante à la toute fin du spectacle. Après avoir tenu en haleine toute la salle, il a confirmé que l’écriture du scénario du troisième film est bel et bien entamée, mais qu’aucun producteur ou productrice ne s’est encore engagé(e).

Mention photo : Camille Dehaene|Montréal Campus

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *