Méfaits diversUn mode d’emploi social

Marc-Antoine Franco-Rey8 janvier 20224 min

Dès notre entrée à l’école, on nous apprend à lire, à écrire, à compter. On nous encourage à nommer nos émotions, sans pour autant chercher à les comprendre. Enseigner la psychologie aux enfants dès la maternelle aiderait pourtant à leur bien-être futur, bénéficiant par le fait même à la collectivité.

Introduire les bases de la psychologie, adaptées en fonction de la tranche d’âge du public visé, préparerait les jeunes à intégrer l’écoute et la compréhension de soi et des autres, ainsi que la communication. Des savoirs indispensables, qui leur seraient utiles toute leur vie.

Science de l’esprit et des comportements humains, la psychologie nous rejoint tous et toutes. « Même si le but est de comprendre les autres, on en apprend beaucoup sur soi aussi », fait valoir Alice Delisle, étudiante au baccalauréat en psychologie à l’Université de Montréal. Cela lui « permet de faire une introspection, de [s’] analyser, de comprendre d’où [ses] pensées viennent et pourquoi [on a] certains comportements », affirme-t-elle.

Ainsi, les élèves du primaire ou du secondaire pourraient, par exemple, se reconnaître au sein de l’apprentissage des mécanismes de défenses freudiens. Issus de la psychanalyse, ces procédés inconscients, tels que la projection, qui consiste à attribuer aux autres son propre ressenti, le refoulement, soit bloquer des émotions ou un souvenir désagréables pour se protéger, ou encore le déni, se reflètent dans nos agissements.

Alice Delisle ressent également les bénéfices de la psychologie dans ses relations. « Je sais qu’il y a des manières saines de parler aux gens. La psychologie [empêche] de tomber trop profondément dans les relations toxiques, [en traçant] des limites » partage-t-elle.

« La psychologie intéresse tous [les] âges, mais de façon différente, à des niveaux différents », explique Martine Lavallée, enseignante de psychologie au collégial depuis une quarantaine d’années. Les adolescents et les adolescentes cherchent par exemple à définir leur identité et à comprendre la place qu’ils et elles occupent dans le monde.

Les troubles qui touchent particulièrement les adolescent(e)s sont peu abordés au secondaire, ou du moins en surface. Les interventions se contentent souvent d’illustrer le problème et de mettre en garde, sans creuser davantage.

Les figures d’autorité ne savent pas toujours comment aborder les troubles de santé mentale ou encore le suicide. Leur malaise, tangible, rend le dialogue difficile. Il est cependant essentiel de traiter ces enjeux tabous de front. L’absence de dialogue à leur sujet, contrairement à une croyance populaire, ne les fera pas disparaître . « Il faut vraiment essayer d’avoir une approche compréhensive […], ouverte, sensible, empathique, dire que c’est normal d’avoir plus de difficulté avec sa santé mentale, mais qu’il y a des manières de s’en sortir », croit l’étudiante.

La psychologue Pauline Blanchet soutient que l’initiation à la psychologie devrait se faire dès la maternelle. « [Les enfants] n’auront pas à détruire pour reconstruire », assure-t-elle. Simplement les questionner sur leur réaction quant au temps qu’il fait pourrait semer en eux et elles la graine de l’identification des émotions, mais surtout de leur source.

Les enfants ont le droit d’être outillés quant au bien-être et à la santé mentale. À ce moment charnière de leur développement, où ils et elles bâtissent les fondements de leur identité, cela pourrait les guider vers un épanouissement futur. « C’est important le français, les mathématiques, tout ça, mais si on commençait à donner des notions sur la psychologie, justement sur l’estime de soi, ça aiderait tellement les enfants », présume Alice Delisle.

Pauline Blanchet est de cet avis en ce qui concerne l’enseignement de la psychologie en général. « Je pense que le monde serait beaucoup moins malade, il y aurait beaucoup moins de tristesse et de choses aberrantes qui se passent si les gens étaient capables de s’asseoir et de savoir où [ils et elles vont] », conclut la psychologue.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *



À lire aussi