UQAMMalgré la confusion, l’AFELC maintient son mandat de grève

Olivier Faucher Olivier Faucher26 mars 20194 min
https://montrealcampus.ca/wp-content/uploads/2019/03/afelc-1-1280x853.jpg

La Faculté de communication de l’UQAM vérifie actuellement la validité d’un vote de grève tenu hier lors d’une assemblée générale de l’Association facultaire étudiante de langues et communication (AFELC). Pour sa part, l’association maintient son mandat de grève, même si plusieurs membres considèrent que le vote allait à l’encontre de ses statuts et règlements.

Une proposition de jours ponctuels de grève pour la rémunération des stages les 26, 27 et 28 mars ainsi que les 2, 8 et 9 avril a été adoptée par une mince majorité de 57 contre 56 après quatre recomptages. Le nombre d’abstentions n’a pas été précisé. Toutefois, selon les statuts et règlements de l’AFELC, « le quorum requis pour pouvoir voter une grève de trois jours et plus se constitue de 200 étudiant-e-s ou de 5 % du nombre d’étudiant-e-s inscrit-e-s ».

« De notre côté, nous sommes en train de vérifier la validité de ce vote, indique le doyen de la Faculté de communication, Gaby Hsab, dans un courriel envoyé au personnel enseignant. En attendant, nous prions tous les enseignantes et enseignants de se présenter à leur cours et de procéder à la prestation si les conditions normales d’enseignement sont réunies », poursuit-il.

Gaby Hsab mentionne que « ce résultat a été contesté par plusieurs groupes d’étudiants ».

Au moment de la mise en ligne, l’administration de l’UQAM n’avait pas donné suite au courriel du Montréal Campus.

Membres mécontent(e)s

Dans les heures qui ont suivi la fin de l’assemblée générale, des centaines de membres de l’AFELC ont vivement réagi sur les médias sociaux à l’annonce de la tenue de la grève. « Le quorum n’est pas admissible », pouvait-on lire sous une publication sur la page Facebook de l’AFELC.

D’autres membres ont déploré un manque de communication sur ce qui pouvait être proposé lors de cette assemblée générale. « [Cette dernière] a été majoritairement promue comme étant une assemblée générale pour discuter des budgets, a commenté une membre de l’AFELC sur la page Facebook de l’association. La possibilité qu’un vote de grève soit ajouté avait été à peine mentionnée. »

L’AFELC avait informé ses membres de la possibilité qu’une proposition de grève soit amenée lors de n’importe quelle assemblée dans la vidéo ci-dessous, publiée le 22 mars.

Des étudiants en communication-marketing s’opposant au débrayage ont créé une page Facebook intitulée « La majorité silencieuse » afin de mobiliser les étudiants et les étudiantes anti-grévistes. « L’objectif de la page est d’encourager la majorité indignée qui répond sur Facebook à se présenter aux assemblées générales », indique le créateur de la page, Tristan Bonnot-Parent. En moins de 24 heures, celle-ci a récolté plus de 100 « j’aime ».

L’exécutif réagit

Dans une publication sur Facebook, l’AFELC n’a pas voulu déterminer si une erreur avait été commise quant au respect des statuts et règlements lors de l’assemblée générale tenue hier. « Dans la mesure où le mandat du conseil exécutif consiste à exécuter les demandes faites en assemblée générale, il nous est impossible de se positionner sur la question du vice de procédure, bien que nous soulignons la légitimité de l’existence de ce débat », souligne l’association facultaire.

Elle a ainsi annoncé que les mandats de grève votés seront maintenus jusqu’à nouvel ordre, invitant les membres à participer à la prochaine assemblée générale qui se tiendra le 1er avril prochain.

Au même titre que l’Association facultaire étudiante des sciences humaines (AFESH) et l’Association facultaire étudiante des arts (AFEA), l’AFELC avait voté en faveur de la tenue de plusieurs jours de grève ponctuels au mois de mars, notamment durant la semaine du 18 au 22 mars.

photo: OLIVIER FAUCHER MONTRÉAL CAMPUS

Un commentaire

  • Jf

    2 avril 2019 at 17:09

    C’est pas la première fois que ça arrive coïncidence ???

    La

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *