CultureLes femmes s’en mêlent : l’importance de la sororité

Naomie Gelper Naomie Gelper24 mars 20194 min

Les femmes libres et indépendantes de la musique étaient à l’honneur hier soir au Club Soda pour un concert avec comme têtes d’affiche La Bronze, Flèche Love, Annie Sama ainsi qu’Alice et moi.

Durant la soirée organisée dans le cadre du festival français Les femmes s’en mêlent, le public a eu droit à quatre prestations, dévoilant chacune un univers unique. « [Les artistes de la soirée] cassent le cliché de ce que la tradition pop a fait de la présentation des femmes sur scène », pense le directeur d’Horizons, co-producteur de la soirée, Olivier Boccon-Gibod. La française Alice et moi, la suissesse Flèche Love et les québécoises Annie Sama et La Bronze ont été choisies pour leur « indépendance de création », explique-t-il.

La Bronze pense qu’il faut passer par un processus où les femmes sont mises de l’avant pour arriver à un équilibre. « Je veux qu’on voie le féminisme comme une évidence », souligne-t-elle. D’ailleurs, Flora Garnier, du co-producteur de la soirée Ambiances Ambiguës, souligne le désir de mettre en valeur les femmes sur scènes, mais aussi celles à l’arrière-scène. « On veut mettre de l’avant tout le travail des femmes dans l’industrie, c’est pour cela qu’on a fait des portraits de femmes sur nos réseaux sociaux », explique-t-elle.

Avec ce concert, l’organisation de l’évènement tenait également à relier l’Europe et le Québec. « On voyait beaucoup de similarités entre les artistes », exprime le président et directeur d’Ambiances Ambiguës, Eric Harvey.

Le même évènement a eu lieu à Paris le 8 mars dernier. « Le spectacle à Paris a été une soirée vraiment mémorable : les artistes ont connecté et le plateau était super beau », exprime M. Harvey. Les retrouvailles à Montréal ont été chaleureuses, selon Olivier Boccon-Gibod. « Artistiquement, elles se ressemblaient, donc elles se sont reconnues », raconte-t-il.

Sensualité, férocité, sensibilité et liberté

« Je vous invite tous à être fous ce soir », a demandé Alice et moi en ouvrant le spectacle. Bien que ce soit la deuxième visite de la chanteuse à Montréal, il s’agit de son premier concert dans la métropole. « J’espère voir beaucoup de sourires », a-t-elle confié en entrevue avec le Montréal Campus. Celle qui est habituellement accompagnée de trois musiciens partageait cette fois la scène avec le guitariste Danny Terreur. « Forcément, c’est mieux à quatre [sur scène], car ça donne vraiment beaucoup plus d’énergie, explique Alice et moi. On a tout préenregistré [en France] pour que ça sonne un peu pareil, mais ce sera peut-être moins vivant. »

Ce fut ensuite au tour d’Annie Sama de s’emparer de la scène, accompagnée d’un beatmaker. Celle qui est d’origine congolaise a livré une performance haute en énergie, rythmée de pas de danse. « Faites du bruit pour les femmes et les femmes faites du bruit pour vous », a-t-elle dit en s’adressant au public timide. Annie Sama s’est dite fière de partager la scène avec les autres artistes et a souligné l’importance de telles soirées en l’honneur des femmes.

La suissesse Flèche Love a hypnotisé les spectateurs et les spectatrices avec son charisme débordant. Accompagnée d’un musicien et d’une musicienne, elle a livré un concert fluide en anglais et en espagnol, ponctué de danses théâtrales.

La Bronze a clos la soirée avec un numéro diversifié, qui comptait ses chansons en plusieurs langues, mais aussi des reprises et des poèmes. « C’est bien de voyager, mais il n’y a vraiment rien comme la maison », a dit celle qui a également joué de la batterie.

Toutes ont réitéré l’importance de se soutenir entre femmes durant le concert. Alice et moi pense qu’il y a trop souvent un esprit de compétition entre les femmes artistes, car elle se fait souvent dire de faire attention aux autres chanteuses qui pourraient « la remplacer ». « Je trouve ça idiot, car on fait moins ça aux hommes, explique-t-elle. Soulevons-nous toutes ensemble plutôt que d’essayer d’être meilleure que l’autre. »

Alice et Moi
« 1 de 4 »

photos: WILLIAM D’AVIGNON MONTRÉAL CAMPUS

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

À lire aussi