À la uneDossier: Chaires fraîchesSociétéLa Chaire contre l’automobile

Avatar Maxime Bernier5 février 20162 min

Mise sur pied le 28 janvier, la nouvelle Chaire de recherche-innovation en stratégies intégrées transport-urbanisme s’intéressera aux façons d’améliorer les aménagements urbains et à l’efficacité des transports en communs dans la grande région de Montréal.

Le projet vise particulièrement à contrer la dépendance automobile dans la métropole. Un groupe de 22 chercheurs provenant du Québec, du Canada et de quelques pays européens tentera de trouver des solutions pour forcer la population métropolitaine à se tourner vers le transport collectif.

La titulaire de la Chaire, Florence Paulhiac, soulève d’ailleurs quelques pistes que la Chaire a déjà commencé à explorer. «Il faut des moyens de transport très performants en misant sur la technologie avancée, l’aménagement et des tracés efficaces», explique la professeure au Département d’études urbaines et touristiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Convaincue, elle va même jusqu’à souhaiter une augmentation considérable des coûts de l’automobile et une accessibilité accrue pour les moyens de transport.

Selon la Florence Paulhiac, les transports en commun représentent un domaine économique qui doit être une priorité pour l’avenir. «C’est un secteur d’emploi important avec la participation de plusieurs travailleurs et d’entreprises de construction», ajoute Mme Paulhiac. Elle note toutefois que les sources de financement devront être garanties pour concrétiser tous ces projets, comme c’est le cas dans bien d’autres domaines de la société montréalaise.

La relève à l’avant-plan

«La Chaire veut attirer de nouveaux jeunes et mettre en valeur notre programme d’urbanisme», indique Florence Paulhiac. Une grande part du budget de la Chaire In.SITUE sera d’ailleurs accordée aux salaires d’étudiants. Ces derniers participeront activement aux efforts de recherche au courant de leur formation universitaire, axée davantage sur le côté pratique. «La formation va changer, mentionne Nathalie Drouin, vice-doyenne à la recherche de l’École des sciences de la gestion (ESG) de l’UQAM. Des projets présentés par les étudiants pourront ensuite être analysés et développés par la Chaire.»

Plusieurs stages seront également offerts aux étudiants d’urbanisme qui désirent perfectionner leurs compétences dans les domaines du transport et de l’urbanisme. Sans oublier les bourses offertes pour motiver et inciter les jeunes à la réalisation de projets. La Chaire est financée à 70% par des partenaires publics, dont la Société de transport de Montréal et la Communauté métropolitaine de Montréal.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *