À la uneSociétéCroquer dans la pomme

Avatar Nicholas De Rosa22 octobre 20144 min

De plus en plus d’écoles secondaires intègrent l’iPad dans leur curriculum comme outil éducatif. Vie sociale et rôle de l’enseignement se retrouvent au coeur des dilemmes qu’amène la pomme en milieu scolaire.

Avec l’arrivée de l’iPad dans les salles de classe, la cafétéria, l’agora et les corridors du collège Jean-Eudes se sont faits plus silencieux, a remarqué l’un de ses diplômés, Alexandre Tari. «J’ai constaté une baisse des interactions entre les gens tous assis en groupe, rivés sur leur écran à jouer ou consulter Facebook», affirme-t-il. La tablette électronique a alors été bannie des lieux communs pour ramener le dialogue et réajuster l’image projetée aux visiteurs de l’école.

Les impacts de l’iPad sur la vie sociale au secondaire peuvent être expliqués par la nature même de la tablette, explique le sociologue expert en technologies socionumériques, André Mondoux. «Elle est un reflet de la société hyper- individualiste dans laquelle nous vivons, avance-t-il. Bien sûr, les jeunes peuvent avoir recours aux réseaux sociaux afin de socialiser, mais cela n’est pas comparable à l’expérience d’avoir des discussions et des débats avec ses pairs.» Alexandre Gagné, un des professeurs à l’origine de l’implantation de la tablette d’Apple au Collège Jean- Eudes, est d’avis que l’iPad peut être utilisé comme un outil de socialisation. «Ça permet aux élèves de communiquer entre eux, de se faire voir sous un autre jour, et ça encourage le travail d’équipe en classe», relève-t-il. L’ex-enseignant déplore le fait que le Collège Jean- Eudes ait décidé de bannir les iPad des lieux de socialisation de l’école parce que les étudiants discutaient moins. «On voyait des jeunes sur leur tablette dans l’agora, mais on ne sait pas, comme individu, ce qu’ils faisaient dessus», fait-il valoir. Pour lui, l’iPad, qui d’ailleurs offre du personnel dédié à la formation pédagogique sur ses produits, a remplacé les manuels scolaires. Plusieurs élèves profitent de leur temps libre pour lire ou s’avancer dans leurs travaux. «Pour une question d’image, l’école a aboli les iPad de l’agora, mais aucun adulte n’a essayé d’aider les élèves qui s’isolaient ou qui n’avaient pas d’amis et faisaient trois fois le tour du deuxième étage lors du dîner au lieu de socialiser», déplore-t-il. Les problèmes de socialisation sans lien avec la tablette n’ont pas été résolus, à son avis.

Alexandre Gagné a tenté de redynamiser l’enseignement accompagné de tablettes. «Afin de bien préparer les élèves pour le monde de demain, où les compétences attendues diffèrent d’autrefois, on veut leur apprendre à travailler en coopération, être débrouillards et faire jaillir leur créativité», explique-t-il. D’après l’ancien enseignant, la meilleure façon de réussir à faire cela tout en motivant les élèves à apprendre était de leur permettre d’interagir avec le iPad et de réduire le rôle du professeur dans l’enseignement. «Il ne faut pas simplement remplacer le cahier Canada par le iPad. On ne veut pas continuer à faire des jeunes des secrétaires du presbytère», lance-t-il, à la blague.

Plutôt que de se servir de l’iPad comme cahier de notes, Alexandre Gagné a dédié des périodes à la recherche en ligne, accompagnées de l’outil, suivies par une présentation des résultats par le biais d’un support vidéo ou audio. L’étudiant Alexandre Tari juge qu’il était rare que ses professeurs se servent de l’iPad de manière semblable, ayant plutôt recours aux cours magistraux et à la prise de notes sur l’écran de la tablette. «Des recherches ont prouvé que l’iPad motive les élèves pour leurs cours», avance Alexandre Gagné. Une théorie peu convaincante pour André Mondoux. «Il ne faut pas tomber dans le fétichisme, prévient le sociologue. Bien sûr, l’iPad peut motiver les étudiants, mais passer un film avec du popcorn peut le faire aussi. Ça ne veut pas dire que c’est plus efficace.»

De l’écran au télécran

D’après André Mondoux, un iPad reproduit tout ce qu’un ordinateur portable peut faire, à l’exception qu’il est un outil ultra-personnalisé. «Cela facilite la surveillance et la collecte d’information auprès des étudiants, car ils sont connectés au réseau de l’école», allègue-t-il. Alexandre Gagné est surpris par les commentaires du spécialiste. «Nous pouvons accéder à l’adresse MAC des iPad pour verrouiller certains accès et leur donner des mises à jour pour leurs programmes. N’importe quel réseau public a accès à votre historique Web, mais l’école n’a accès à aucune donnée parce que les tablettes appartiennent aux élèves», fait-il savoir. André Mondoux a de la difficulté à croire ce que dit l’ancien professeur. «Si une tragédie survenait au collège, je vois mal comment l’école se limiterait à consulter l’historique des élèves et rien d’autre pour avoir de l’information, pense- t-il. Donc, non seulement cette technologie nous renferme sur nous-mêmes, mais permet qu’on soit surveillé.»

Alexandre Gagné croit, pour sa part, que la technologie est un nouvel outil de socialisation à l’échelle de la société. «Les outils technologiques nous mobilisent et nous rendent moins individualistes», songe-t-il, rappelant le printemps arabe et la révolution des parapluies à Hong Kong. Alexandre Tari reste sceptique quant à ces affirmations et soutient que les écoles devraient se soucier davantage de la vie privée des élèves. Il voit toutefois un potentiel pour le iPad comme outil éducatif. «Quand les professeurs apprendront à mieux intégrer la tablette dans leurs cours, les résultats pourraient être intéressants et réellement avoir un impact positif sur la vie scolaire», prédit-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *