À la uneBaromètreCultureTête-à-tête avec Visconti

Avatar Marie-Ange Zibi29 septembre 20132 min

Rares sont les producteurs de disque qui peuvent se vanter d’avoir travaillé avec David Bowie, Paul McCartney et Morrissey. Faisant mouche dans la mêlée, le producteur de 69 ans Tony Visconti peut aujourd’hui se passer de présentation. L’homme qui a travaillé avec des groupes comme T-Rex, Thin Lizzy et les Rita Mitsouko est venu rendre visite à Montréal le temps d’une conférence à la SAT, samedi soir dernier. Il a partagé avec le public sa vision sur l’industrie musicale actuelle, et il a prodigué des conseils à tous les producteurs.

«Un des enjeux de ce métier, c’est d’être à la bonne place, au bon moment.», a-t-il débuté. L’impressionnante liste d’albums produits par ce dernier prouve à elle seule qu’il a toujours été à la bonne place, au bon moment. Tony Visconti a produit près d’une soixantaine de disques au cours de sa carrière. Le plus récent est celui de David Bowie, The Next Day, présentement favori pour le prestigieux prix Mercury en Angleterre. Proche ami de Bowie, il collabore avec l’artiste depuis le tout premier Space Oddity (1969). «Dans les années 60, tout le monde voulait imiter les Beatles. Je pense que David [Bowie] est venu tout changer. Il était parmi les premiers à se maquiller et à porter des vêtements de femmes.»

Selon Visconti, la musique a bien évolué depuis cette époque. Si plusieurs groupes des années 70 comme Gentle Giant attirait l’attention grâce à la diversité de leur univers musical, ce n’est plus le cas actuellement. «Aujourd’hui, certains font de la musique de piètre qualité pour que ça puisse être utilisé dans des publicités, déplore-t-il. La plupart des chansons n’ont qu’un maximum de cinq notes de musique.»

L’important pour un producteur est de continuellement chercher un son différent, qui se démarque, selon le producteur. «Ce que nous avons aujourd’hui est du marketing, plutôt que de la culture», constate-t-il. Si quelques groupes ne font que refaire ce qui a déjà été fait de nos jours, il existe encore de la musique de qualité. «Il y a de la bonne musique faite actuellement, mais elle n’est ni valorisée, ni reconnue par les médias.»

La soirée animée par Rebecca Makonnen a été plus qu’instructive pour tous les jeunes – et moins jeunes – producteurs, admirateurs et gens du milieu désireux d’en apprendre un peu plus sur cet acteur influent du monde de la musique. Pour Tony Visconti, l’ère actuelle est propice au changement. «Ce n’est plus ce que c’était avant. Vous pouvez faire ce que vous voulez, faites vos propres vidéos, créez, lâchez Facebook, encourage-t-il. On vit dans une époque où tout est possible, autant en profiter.»

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

À lire aussi