À la uneUQAMDes féministes s’insurgent contre les initiations de communication

Avatar Equipe du Campus4 septembre 20133 min

Un groupe féministe menace de perturber les initiations de la faculté de communication de l’UQAM en cette rentrée universitaire. «Nous n’acceptons plus d’assister année après année à ce carnaval de la domination. Ces représentations, ces slogans dégueulasses et ces mises en scène dégradantes font violence à toutes les femmes et font la promotion du viol», déclare un feuillet distribué depuis hier dans les couloirs de l’Université.

Les auteurs sont des membres d’un groupe féministe externe à l’UQAM. Le document, portant le titre «Féministes enragées», donne rendez-vous aux intéressés jeudi à 13h dans la cour extérieure du pavillon J.-A. De Sève pour une action indéterminée. Sur un autre prospectus, on peut lire, «Lâche mon vagin ! Libérez-vous des initiations !» Une page Facebook promeut elle aussi des initiatives spontanées, en marge de l’événement de jeudi.

Hier, des individus ont affronté un groupe d’initiés sur le campus de l’UQAM. Selon un des membres du comité organisateur des initiations, Renaud Martel-Théorêt, les nouveaux étudiants ont reçu des coups de pieds durant l’altercation. Le groupe Féministes matérialistes a publié hier sur Facebook une photo de féministes détruisant une poupée gonflable utilisée comme mascotte lors des festivités. La publication sur le réseau social mentionne elle aussi l’affrontement avec un groupe d’initiés, déclarant toutefois que «plusieurs féministes auraient été attaquées physiquement ou verbalement». Toujours selon le groupe, un homme aurait frappé à plusieurs reprises deux femmes tandis que d’autres auraient été poussées lors du vol de la poupée gonflable.

Dans la foulée de cet événement et à la suite de nombreux commentaires, le comité organisateur dit avoir pris des mesures pour revoir le niveau d’intensité des initiations à la baisse et pour éviter d’autres affrontements de ce genre. Les étudiants sont désormais invités à laisser pancartes et objets sexuels à la maison, à ne plus utiliser le mot-clic «Xcomm2013» sur les réseaux sociaux et à avertir la sécurité si toute autre confrontation devait survenir. Les activités prévues cette semaine ne sont toutefois pas annulées.

 

«On est déçus»

Du côté des groupes d’organisation et d’animation des initiations, le discours se fait rassurant. «On est déçus et on se sent attaqués, car qu’il y a eu des actions violentes portées envers nos initiés et initiateurs hier midi», déclare Érika, membre des Putes zèbres, le groupe d’animation chargé de mettre au défi les nouveaux initiés. L’étudiante dit comprendre le message lancé par ces groupes féministes, mais assure que l’intention des activités n’est en aucun cas de rabaisser les femmes. «Il y a autant de femmes que d’hommes, à la fois du côté des initiés que de celui des Putes zèbres. Personne n’est obligé à faire quoi que ce soit et des limites sont établies», assure-t-elle.

Une vision que ne partage pas Sarah, membre du Centre des femmes. «Ce à quoi on assiste, c’est une reproduction d’une domination masculine qui existe déjà, s’indigne-t-elle. Les gens ne savent pas nécessairement ce que ça implique, la prostitution, et pourtant on en fait un jeu.» Ce n’est pas la première fois que le Centre des femmes de l’UQAM et des groupes féministes s’insurgent contre les initiations annuelles de communication. L’an dernier, une brochure de quelques pages a été distribuée après la semaine d’initiation. «Certains rites de passage existent pour faciliter les transitions et jouent un rôle important dans nos vies. Toutefois, les initiations qui se sont déroulées en cette semaine de rentrée reproduisent les mêmes âneries sans imagination auxquelles nous avons chaque année le malheureux honneur d’assister.»

Cette traditionnelle semaine d’activité, qui combine slogans et thèmes à caractère sexuel, n’est pas sans offenser certains étudiants des autres facultés qui assistent à ces festivités à chaque rentrée universitaire. «Chaque année, on regarde ça de loin et ça crée un malaise collectif parmi les étudiants», avoue Jaoun, étudiant de l’AFESH.

Les initiations se poursuivront comme prévu sur le campus de l’UQAM jusqu’au 6 septembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *