À la uneUQAMNouveau site web santé pour l’UQAM

Avatar Audrey Neveu6 novembre 20122 min

Désireuse de mettre de l’avant sa contribution dans le domaine de la santé, l’UQAM a lancé le tout nouveau site web sante.uqam.ca.

Antidote 10

Grâce à ce portail web, l’UQAM espère attirer de futurs étudiants, mais aussi des chercheurs de tous les domaines liés à la santé. Le portail affichera non seulement des nouvelles exclusives, mais également les bons coups et les découvertes faites à l’UQAM. Il se veut accessible autant au public qu’aux chercheurs et aux futurs étudiants.

«On peut dire que la santé était méconnue à l’UQAM, explique le vice-recteur à la recherche et à la création, Yves Mauffette. Ce site nous permet de diffuser et promouvoir la santé, tout en informant le public par rapport à la formation qui est donnée chez nous.»

Bien qu’elle ne possède pas de faculté de médecine comme McGill ou l’Université de Montréal, l’UQAM se démarque en misant sur une approche préventive de la médecine continue Yves Mauffette. «L’UQAM apporte une contribution notable en santé, que ce soit dans les aspects biomédicaux, mais aussi ce qu’on appelle les déterminants socioéconomiques», poursuit la directrice de la promotion institutionnelle, Nathalie Benoît.

«Il faut concevoir que le développement de la médecine ne se fait pas juste avec des médecins, mais avec une panoplie de chercheurs dans tous les domaines», explique Yves Mauffette. L’UQAM mise entre autres sur un volet qui considère l’art, la culture et le mieux-être, en faisant par exemple apprendre le piano à des patients victimes d’accidents vasculaires cérébraux qui doivent faire des exercices de dextérité manuelle. D’autres patients souffrant de difficulté de communication apprennent à s’exprimer à travers le dessin et la peinture.

Cette volonté de se faire plus visible ne veut pas nécessairement dire de nouveaux cours à l’horaire pour les futurs étudiants, mais plutôt une mise en valeur de ceux-ci. Un tout nouveau doctorat en santé et société a d’ailleurs été mis de l’avant l’an dernier, unique en son genre. Rappelons que la maîtrise et le doctorat en sexologie sont également des particularités de l’Université du peuple.

Un partenariat avec le Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM), situé à quelques coins de rue, est déjà entamé et pourrait se consolider encore davantage. Une mise en commun des recherches et du matériel pourrait être envisagée.

Au final, la direction de l’UQAM est très enthousiaste vis-à-vis de ce projet qu’elle qualifie de vivant. «Le retour de l’intérêt est très grand, on découvre quelque chose. C’est comme un secret gardé qu’il y avait de santé qui se faisait à l’UQAM», conclut Yves Mauffette, souriant.

Crédit photo: Archives Montréal Campus

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *