UQAMLes uqamiens en lock-out

Avatar Isabelle L'Héritier13 mars 20121 min

Par peur d‘éventuels dérapages en lien avec la Nuit de la création illimitée, la direction de l’UQAM a décidé de fermer les portes des pavillons Hubert-Aquin (A), Judith-Jasmin (J), Paul-Gérin-Lajoie (N) et Thérèse-Casgrain (W) aujourd’hui.

Cet évènement, organisé par des étudiants en sciences humaines et en arts, devait se dérouler ce soir, de 18h à 23h à l’Agora de l’UQAM. Le but était de rassembler le plus de personnes possible pour se réapproprier un espace public de façon créative. Mais dû à un manque de communication entre les étudiants et l’administration, la direction a pris les grands moyens en bloquant l’accès à l’Université du peuple. «La principale raison de ce blocage, c’est que la direction n’a reçu aucune information sur cet évènement», affirme Jennifer Desrochers, conseillère en relation de presse de l’UQAM. Elle explique que normalement, les étudiants doivent entrer en contact avec la direction afin d’organiser des évènements à l’UQAM, qu’ils se passent le jour ou la nuit, afin d’éviter de possibles dérapages.

Dès le 7 mars 2012, la direction annonçait, sur le site Internet de l’UQAM, qu’aucun événement du nom de Nuit de la création n’était organisé par des étudiants «peu importe d’où [venait] l’information». Malgré cet avertissement, les organisateurs ont continué à annoncer la Nuit de création sur les médias sociaux.

L’administration a donc décidé de bloquer les pavillons visés par l’activité prévue ce soir. En représailles, les étudiants ont perturbé les Services à la vie étudiante, ainsi que les comptoirs du registrariat et de l’Aide financière aux études dans le pavillon De-Sève (DS), cet après-midi.

Des évènements similaires à la Nuit de la création illimitée ont déjà eu lieu à l’UQAM, mais l’administration était en contact avec les élèves afin que l’évènement soit encadré par la sécurité. Jennifer Desrochers a confirmé que l’Université restait à l’affût des rassemblements étudiants sur les réseaux sociaux.

Crédit photo: Frédéric Lacroix-Couture

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *