CultureFrancouvertes 2023 : des histoires racontées en chanson

Alice Fournier22 mars 20233 min

Pour lire notre couverture complète des Francouvertes 2023, cliquez ici.

La troisième soirée des Francouvertes 2023 s’est déroulée sous le signe du récit. La talentueuse Jeanne Côté s’est taillé une place au sommet du palmarès, tandis que les artistes hauts en couleur Katia Rock et Renaud Gratton, qui ont enflammé la scène avec leur performance, se sont classés en cinquième et en huitième position.

Le cabaret Lion d’Or s’est transformé le 20 mars dernier en lieu de transmission. À leur propre manière, les artistes ont interprété des pièces émouvantes s’inspirant de leurs expériences personnelles. Le public a pu se retrouver dans les paroles des différentes chansons interprétées.

La soirée s’est ouverte à 20 heures avec la chanteuse Laura Lefebvre, dans le cadre de la série « J’aime mes ex ». L’ancienne participante de la 22e édition n’a pas su faire décoller l’ambiance avec sa petite table de mixage qu’elle maniait précautionneusement. Ses sons monotones n’ont pas empêché la salle d’apprécier sa voix empreinte de douceur. 

Le coup de cœur de la soirée

Avec sa chevelure bouclée et ses yeux perçants, la jeune gaspésienne Jeanne Côté a immédiatement imposé sa présence dans le cabaret. Dès les premières notes, la solitude dont elle parle dans ses chansons a provoqué de grands frissons. Son enfance en Gaspésie et les femmes de sa vie sont sa plus grande inspiration. Le public semblait boire ses paroles : il était presque impossible de décrocher de sa voix ronde. 

Après sept candidatures soumises pour participer au concours ces dernières années, la première place qu’a obtenue Jeanne apparaît comme une récompense largement méritée.

L’unique Renaud Gratton 

Changement d’ambiance complet à l’arrivée de Renaud Gratton sur scène, accompagné de sa bande d’ami(e)s composée de six musiciennes et musiciens. Son « Salut ! » désinvolte lancé au public, jumelé à sa moustache et ses lunettes lui donnant un style des années 80, lui a valu une connexion instantanée avec la foule. Dès qu’il a gratté les cordes de sa guitare, la salle s’est réchauffée.  

Les trois premières pièces de sa prestation ont manqué d’entrain, malgré sa jovialité sur scène. Les chansons qui ont suivi ont rattrapé son numéro, grâce à la bonne humeur communicative de l’artiste. Renaud Gratton a clôturé sa performance en jouant un morceau rendant hommage à sa vie de père qu’il aime tant. Malgré sa simplicité réconfortante, la bande s’est placée en avant-dernière position du palmarès.

L’authenticité de Katia Rock

L’arrivée de Katia Rock sur scène a provoqué un nouveau changement d’ambiance abrupt. Vêtue d’une robe blanche, d’une fourrure et de bois de cerfs fièrement portés sur sa tête, la chanteuse innue est la seule artiste du concours à proposer des chansons en langue autochtone, soit en innu-aimun.

La batterie accompagnant la voix de Katia Rock rappelle le son du tambour. Sa musique parle de voyage et de légendes racontées par les anciens et les anciennes. Son rythme ancestral a plongé le public dans une performance authentique, quelque peu entachée par des accords brouillons et une voix qui manquait de coffre. Malgré ces imprécisions, la chanteuse s’est démarquée des autres artistes avec ses danses effrénées. 

Les neuf places du palmarès sont désormais comblées, et quatre soirées sont encore au menu avant de clôturer les préliminaires des Francouvertes 2023. 

Mention photo : Lucie Parmentier|Montréal Campus

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *



À lire aussi