CultureMińuapan : lorsque la poésie est la plus belle arme

Eléonore Turcotte23 mars 20223 min

C’est dans l’intimité du restaurant Lucki Delite qu’a eu lieu, le 22 mars, la première soirée de poésie autochtone de 2022, organisée par la poétesse innue Natasha Kanapé Fontaine. Le poète algonquin Anishinaabe Craig Commanda et elle ont offert des œuvres poétiques personnelles à un public réceptif et attentif.

Une quinzaine de personnes s’étaient réunies au 4816 avenue du Parc pour découvrir de nouveaux talents. La petitesse de l’endroit invitait à la discussion et aux échanges.

Valérie Charlebois est venue de loin pour assister à sa première soirée de poésie. « Pour moi, c’est une sorte de rencontre indirecte entre âmes différentes », confesse-t-elle.

Natasha Kanapé Fontaine a ouvert la soirée dans un discours ponctué de petits rires émus. Elle explique qu’elle a nommé cette soirée Mińuapan, qui signifie « c’est un beau matin » en innu, puisqu’elle avait appréhendé cette journée, se disant qu’elle allait être ensoleillée à l’éveil de la poésie.

Déjà, l’ambiance était à l’écoute et à la réception.

Dix poèmes, dix histoires

La lecture des poèmes débute avec un texte sans titre de Craig Commanda, dans lequel il affirme son droit d’exister en tant qu’homme autochtone. Entrecoupés par son souffle saccadé, ses courts textes rythmiques ont secoué le public.

Natasha Kanapé Fontaine précédait ses lectures d’une mise en contexte essentielle à la compréhension du thème abordé. L’innu, le français et l’anglais étaient en symbiose dans ses écrits libérateurs.

Entre l’objectification de la femme autochtone, l’enfance dans les pensionnats et la recherche de sa maison, les deux artistes ont libéré leur parole à travers une écriture de guérison.

Peu après, Natasha Kanapé Fontaine a livré un texte qu’elle a composé après le décès de Joyce Echaquan, en septembre 2020. Ses mots ont résonné entre les murs du Lucki Delite, laissant un public sans mot et partagé entre la compassion et la rage. « Et le ciel est bleu, dehors mes enfants crient. En dedans on me dit que le ciel est gris. Dehors, le ciel est bleu », récite la poétesse en hommage à la défunte.

Craig Commanda a clôturé la soirée avec une composition instrumentale. Guitare à la main, il a su transporter le public dans son univers musical où chaque note était empreinte de son vécu. L’amalgame d’émotions ressenties s’est fait entendre dans les applaudissements de la salle.

À tour de rôle, le poète et la poétesse ont pris leur place sur la petite scène du restaurant caribéen, faisant jaillir les rires du public chaque fois qu’il et elle devaient procéder à un changement de hauteur du micro. La distance entre les artistes et l’auditoire s’est effacée pour laisser place à quelque chose d’humain et d’inclusif.

Un succès indéniable

Dans un entretien de fin de soirée, Natasha Kanapé Fontaine s’est dite honorée et fière de ce premier évènement. « Je crois que ce soir quand je vais me coucher je vais pleurer de tendresse pour le monde », avoue-t-elle, émue.

L’organisatrice de la soirée Mińuapan voulait un lieu régulier, pour que les gens s’habituent, surtout les Autochtones. Un endroit qu’ils et elles peuvent chérir comme leur maison, comme un « safe space ». Sa rencontre avec la propriétaire du restaurant Lucki Delite, Jeba Bowers, a été révélatrice. Désireuse de donner davantage de visibilité aux communautés minoritaires, elle a offert à Natasha Kanapé Fontaine l’opportunité de se sentir libre d’exprimer ce qu’elle souhaitait, dans ce petit restaurant.

« Je pense que j’ai trouvé l’endroit, on va revenir ici dans le futur, aux deux ou trois mois. Ça me rend heureuse » affirme-t-elle le regard pétillant, et rempli de fierté.

Une illustration de Malika Alaoui | Montréal Campus

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *