UQAMLa vaccination à l’UQAM est toujours pertinente

Maylis Roumy15 octobre 20214 min

Située dans l’Agora du pavillon Judith-Jasmin, la clinique de vaccination sans rendez-vous détenait 96 doses du vaccin de Pfizer-BioNTech et 14 doses de Moderna ce mardi 12 octobre. À 17h, une heure avant sa fermeture, 55 doses avaient été administrées, et la plupart étaient de premières injections.

Les 7 et 12 octobre derniers, la clinique de vaccination était de retour sur le campus de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), après une première visite un mois plus tôt. Près de 400 personnes avaient recouru à cette première clinique selon Jenny Desrochers, directrice des relations de presse de l’UQAM. Des membres de la communauté étudiante ont ainsi pu recevoir leur deuxième dose, alors que d’autres, qui étaient encore hésitants, ont pu sauter le pas.

C’est notamment le cas de Vicky, une étudiante à la maîtrise en sciences de la gestion, qui a reçu sa première dose le 7 octobre à l’UQAM. L’instauration du passeport vaccinal l’a amenée à se faire vacciner, comme plusieurs autres étudiants et étudiantes. « Ça coupe pas mal de possibilités et de libertés », lance-t-elle.

Le climat rassurant de l’Université a aussi contribué à ce qu’elle passe à l’action « après une longue réflexion », dit-elle. Plusieurs étudiants et étudiantes rencontré(e)s par le Montréal Campus partagent cet avis : la proximité et l’accessibilité de la clinique sont des facteurs qui les ont poussés à choisir l’UQAM comme lieu de vaccination.

Seule une pièce d’identité est requise et la vaccination est offerte à toutes les personnes qui fréquentent le campus universitaire. En quelques minutes, le tour est joué.

Une porte d’entrée vaccinale

Pour la communauté étudiante internationale, dont certains membres viennent tout juste d’arriver au Québec, la possibilité de recevoir une première ou une deuxième dose de vaccin à l’UQAM est une belle occasion. « Je ne savais pas où aller, ni comment », a déclaré une étudiante internationale qui s’est fait vacciner mardi.

La clinique de vaccination ne nécessite pas non plus des installations complexes, comme un système de réfrigération pour garder les doses. « Les vaccins sont [seulement] conservés dans une glacière avec un thermomètre », explique Suzanne Bureau, infirmière au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal et responsable de l’équipe de vaccination à l’UQAM.

Mme Bureau précise que la campagne a été fluide. « Ce qui est bien, c’est que maintenant rien n’est perdu. Si on n’utilise pas tout, on peut ramener ce qui reste [au Palais des congrès] », mentionne-t-elle.

Une réticence encore présente

Malgré tout, une certaine méfiance règne encore chez une partie de la communauté uqamienne. Au début du mois de septembre, environ 14% de la population étudiante n’était pas encore vaccinée, et un peu plus de 9% des membres du personnel à la fin du mois.

Pour une étudiante au baccalauréat en relations internationales et droit international souhaitant conserver l’anonymat, la vaccination est une prise de risque trop élevée. « Je ne suis pas sûre que le vaccin soit sécuritaire et j’ai peur des effets à court et long terme », indique-t-elle.

Ce choix affecte ainsi sa vie sur le campus. « Je ne peux pas participer aux activités où il faut être vacciné et je ne peux pas faire les sorties avec les gens de ma cohorte », ajoute-t-elle.

Lyubomira Moskova, étudiante au baccalauréat en sciences comptables, est aussi sceptique, bien qu’elle se soit présentée à la clinique de vaccination de l’UQAM le 7 octobre. « Mon père a eu un effet secondaire au vaccin et il a passé trois semaines aux urgences », raconte-t-elle.

L’étudiante a tout de même accepté de se faire vacciner pour aller rendre visite à ses grands-parents qui habitent en Bulgarie et qu’elle n’a pas vus depuis le début de la pandémie. « J’ai vraiment hésité, mais finalement, je l’ai fait pour mes grands-parents », confie Lyubomira.

 Au moment où ces lignes étaient écrites, la présence d’une troisième clinique de vaccination à l’UQAM n’avait pas pu être confirmée, malgré son efficacité.

Mention photo Édouard Desroches | Montréal Campus

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *