UQAMUn accueil à distance pour la communauté étudiante internationale

Marius Gellner7 décembre 20205 min

Avec la fermeture des frontières, de nombreux étudiant(e)s internationaux ont été obligé(e)s de suivre leur première session à l’UQAM depuis leur pays d’origine. Face aux nouveaux enjeux liés à la situation sanitaire, les programmes d’accueil qui leur sont dédiés ont dû s’adapter pour mieux les accompagner dans leur intégration à l’université.

Depuis le 20 octobre, les étudiantes et étudiants internationaux sont autorisé(e)s à entrer sur le territoire canadien. Pour beaucoup de nouveaux élèves internationaux de l’UQAM, cependant, l’accueil a commencé dès le début du trimestre d’automne avec la possibilité de participer au programme de parrainage des étudiantes et étudiants étrangers ou grâce aux services proposés par le Bureau d’accueil des étudiants étrangers.

Pour celles et ceux qui ont été admis(es) à l’UQAM à la session d’automne, l’immigration a été le premier obstacle face à leur intégration. « Presque la totalité des étudiantes et étudiants étrangers nouvellement inscrits à l’UQAM n’a pas pu arriver sur le territoire, car ils ne détenaient pas leur permis d’études », rappelle la directrice des relations de presse de l’UQAM, Jenny Desrochers. L’un des défis rencontrés par ces élèves a été le décalage horaire. Pour cette raison, l’administration a sensibilisé le personnel enseignant à cette réalité afin d’offrir des accommodements cas par cas. 

On compte seulement 3772 nouveaux étudiant(e)s internationaux cet automne contre 4537 en septembre 2019. L’écart s’explique par la fermeture des frontières qui a induit le report, voire l’annulation, de nombreux échanges. 

Prendre en compte de nouvelles problématiques

Ainsi, les services proposés à la communauté étudiante de l’international de l’UQAM ont été repensés pour s’adapter aux nouveaux besoins des intéressés. 

Des webinaires dans lesquels les étudiantes et étudiants peuvent s’adresser à une personne-ressource sont proposés régulièrement. « Pour les webinaires, on était une dizaine voire moins, donc on pouvait vraiment poser nos questions, ce qui était super utile », témoigne Alicia Komai, étudiante originaire du Luxembourg, qui débute sa maîtrise en linguistique. D’après elle, la formule est pratique : les webinaires sont regroupés par thématiques qui permettent de cibler l’information recherchée sans avoir à écouter une conférence trop longue et trop générale.

Des thématiques nouvelles sont abordées en réponse aux enjeux de la COVID-19. Les questions relatives à l’immigration (quarantaine obligatoire, logement, épicerie…) ou sur la vie à Montréal en contexte de pandémie (consignes gouvernementales, isolement, emploi…) font partie des sujets discutés. Les webinaires permettent également à celles et ceux qui en ressentent le besoin de s’entretenir en privé avec le conseiller à l’accueil et à l’intégration des étudiants étrangers, Yannick Richer.

De plus, le Guide d’accueil des étudiantes et étudiants étrangers en contexte de pandémie a été confectionné et envoyé aux intéressé(e)s afin de préparer leur arrivée sur le territoire. Au début de la session d’hiver, il leur sera possible de visiter le campus. « L’UQAM offrira des activités d’accueil, dont des visites guidées sur rendez-vous aux nouveaux étudiants inscrits », indique Jenny Desrochers.

Une demande en diminution

Le programme de jumelage de l’UQAM Allô!, à l’intention des étudiantes et étudiants de l’international, a observé une chute drastique au niveau de la participation, avec 49 étudiantes et étudiants inscrit(e)s à cette session contre 437 à l’automne 2019. La diminution des inscriptions au programme peut également s’expliquer par le fait que, cette année, certaines facultés ont mis en place des programmes de monitorat pour être parrainé par des étudiantes ou étudiants du même programme.

En temps normal, Allô! propose des activités de découverte de la culture québécoise comme la cabane à sucre et le patin à glace. Parce qu’elles impliquent de se rassembler, aucune de ces activités n’a eu lieu depuis mars. 

Ainsi, l’accent est mis sur le deuxième volet du programme, qui se concentre sur le jumelage. La responsable, Michèle Jacques, explique qu’en septembre, il était impossible de savoir si des étudiant(e)s pourraient venir s’installer au Québec au début de la session d’hiver. Toutefois, dans l’optique où leur arrivée serait possible, il était important d’offrir la possibilité d’être jumelé(e) pour créer un premier contact à Montréal et à l’université. « Le but est de contribuer au fait que l’étudiant, même s’il est à des milliers de kilomètres, a un sentiment d’appartenance à l’UQAM », explique-t-elle en ajoutant que les parrains et marraines étaient appelé(e)s à faire preuve de créativité dans ce contexte particulier.

Mme Jacques mentionne également que le parrainage du temps des Fêtes ne pourra pas avoir lieu. Cette initiative propose à l’entièreté de la communauté uqamienne d’accueillir un étudiant ou une étudiante de l’international pour souper ou pour quelques jours pendant le congé des Fêtes. « On est obligés d’annuler ça cette année pour des raisons évidentes de santé publique », annonce-t-elle.

Malgré cela, Alicia, qui a commencé sa maîtrise à distance et qui prévoit arriver au Québec avant le début de la session d’hiver, se sent rassurée par les services du programme Allô!. « J’avais l’impression de rater tout un tas d’informations informelles. En cours, on a jamais l’occasion de demander comment se passe la vie à Montréal, la vie étudiante », partage-t-elle. L’étudiante témoigne que sa marraine l’a notamment aidée à comprendre le système de notes, comment fonctionnent les cours et même comment faire son épicerie en ligne pour le confinement à son arrivée. « Ça m’a “déstressée” face à une venue prochaine », affirme-t-elle.

Photo prise sur le site de l’UQAM

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *