CultureO.G.B sacrés vainqueurs des 23es Francouvertes

Avatar Camille Avery-Benny7 mai 20194 min

Numéro un aux palmarès lors des deux premières rondes du concours, Original Gros Bonnet et son amalgame jazz-rap ont une fois de plus fait leurs preuves lors de la grande finale des Francouvertes qu’ils ont remporté, lundi soir, au Club Soda.

Accueillis vivement par la foule réunie sur le boulevard Saint-Laurent, les sept membres d’O.G.B ont livré une performance équilibrée et efficace qui leur a valu le titre de lauréats de cette nouvelle édition des Francouvertes. Maniant habilement leurs instruments respectifs, les musiciens ont tour à tour séduit le public et le jury dans une mise en scène agrémentée d’arbustes et d’un panier de fruits.

Le rappeur de la formation, Franky Fade, a livré ses rimes affilées avec une nervosité plus palpable que lors de ses apparitions précédentes. « Les chemises de l’archiduchesse sont-elles sèches », a-t-il prononcé, à bout de souffle, avant d’enchaîner avec un débit imposant. Indéniablement en contrôle, O.G.B n’a pas manqué de faire hocher les têtes grâce à ses lignes de basse entraînantes et ses solos colorés, en plus de jouer en exclusivité une pièce inédite mettant en vedette la voix autotunée du rappeur.

Si quelques problèmes techniques ont marqué le début de la performance, le groupe a fait preuve d’une aisance presque imperturbable sur scène, se méritant une ovation de la foule, qui n’a pas hésité à scander son nom.

L’effet P’tit Belliveau

Dans des tenues estivales aux couleurs excentriques, P’tit Belliveau et Les Grosses Coques ont été les premiers finalistes à fouler la scène, lundi, après une brève première partie des co-porte-parole du concours, Karim Ouellet et Sarahmée. C’est avec une énergie attachante que le quintette a servi son country bluegrass tout droit venu des Maritimes au public montréalais.

Les cordes de la mandoline, du banjo, de la guitare et de la basse se sont harmonisées au rythme des chansons, que le groupe a pris soin de ponctuer de mouvements synchronisés minimalistes et sympathiques. Appelant à la participation du public pour sa dernière pièce, P’tit Belliveau a pu entendre la foule chanter le refrain de Mon drapeau acadjonne vens d’Taiwan avec entrain, alors que les dizaines de petits drapeaux acadiens qu’il avait préalablement distribués dans la salle étaient brandis par l’audience.

Lui aussi quelque peu déstabilisé par un problème technique lors des premières minutes de sa performance, P’tit Belliveau a joué avec un plaisir contagieux qui lui a valu la troisième position de la soirée.

Du country au rock d’Alex Burger

Fidèle à sa parole, Alex Burger a clos les Francouvertes en offrant une prestation simple et juste qui a témoigné de ses nombreuses années d’expérience de scène. Accompagné par deux batteurs plutôt qu’un, le « hippie du Plateau qui fait du country » a encore une fois présenté des extraits de son dernier EP, À’ment donné, en plus de chansons qui figureront sur son album à paraître le 11 septembre prochain.

Avec un naturel évident, l’artiste a alterné entre le rock et le country, se laissant emporter dans des arrangements instrumentaux fignolés. Malgré quelques paroles perdues dû à la qualité du son au Club Soda, les textes imagés d’Alex Burger ont plu à la foule nombreuse. « Ça n’a jamais été aussi plein, ici », a-t-il exprimé, main sur le coeur.

Entouré de musiciens lors de cette finale masculine, l’auteur-compositeur-interprète a tenu à saluer le talent des candidates qui se sont produites aux Francouvertes avant de quitter la scène pour laisser le duo de batteurs en mettre plein la vue au jury et au public. « J’ai eu du fun, en tout cas » a tenu à souligner Alex Burger, qui s’est vu remettre le deuxième prix du concours.

La soirée haute en couleurs s’est conclue par la remise de nombreux prix répartis entre les finalistes ainsi que le prix du public attribué à la formation électro Cosmophone. Pour une deuxième année consécutive, le rap s’est maintenu en tête tout au long du concours-vitrine. Après le hip-hop énergique de LaF en 2018, c’est le jazz multiforme d’O.G.B qui a dominé cette édition des Francouvertes.

photo: ZOÉ ARCAND MONTRÉAL CAMPUS

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *