UQAMUne supervision corsée en temps de grève

Avatar Félix Pedneault21 avril 20194 min

En enseignement comme en communication, les stagiaires qui respectent leur mandat de grève ne reçoivent pas un appui unanime de leurs enseignants et enseignantes associé(e)s ou de leurs superviseurs et superviseures, qui ne pourfendent pas la grève pour autant.

La situation semble relever du cas par cas, comme l’a constaté l’étudiant en enseignement de l’univers social au secondaire à l’UQAM Charles-Édouard Savard, qui garde une bonne relation avec son enseignant associé.

« Dès que le vote de grève a été validé, j’ai écrit à mon enseignant associé pour l’en informer », raconte-t-il. Son enseignant s’est dit « parfaitement d’accord » avec le fait qu’il manque des heures de stage pour respecter le mandat de grève.

En enseignement secondaire, tous et toutes n’ont pas la chance de Charles-Édouard Savard. D’autres étudiants et étudiantes, qui préfèrent conserver l’anonymat, ont confié que leur enseignant ou leur enseignante associé(e) a refusé qu’ils et elles participent à la grève.

« J’ai envoyé une lettre de 500 mots à mon enseignante associée pour lui expliquer ma position quant à mon stage et mes inquiétudes », confie une étudiante en enseignement secondaire de l’UQAM. « J’en déduis que tu te présentes à ton stage lundi matin », lui a ensuite répondu son enseignante associée.

Une autre étudiante s’indigne quant à elle du fait que son enseignante associée lui ait répondu que « ses anciens stagiaires, eux, ne faisaient pas la grève » et qu’elle lui ferait reprendre tous les jours perdus, sans quoi elle mettrait en échec son stage.

La vice-rectrice à la Vie académique par intérim, Danielle Laberge, a affirmé dans un message envoyé à la communauté uqamienne le 22 février dernier « qu’il n’existe aucune garantie que les périodes de stage manquées pourront être reprises ou complétées ».

Les déléguées étudiantes au conseil d’administration de l’UQAM, Stéphanie Thibodeau et Maxine Visotzky-Charlebois, ont démenti les propos de la vice-rectrice dans une réplique publiée sur Facebook, assurant que « si vous ne vous présentez pas à votre stage, il est impossible de vous imposer une situation d’échec pour cette raison ».

Le responsable aux affaires externes de l’Association des étudiantes et des étudiants de la Faculté des sciences de l’éducation de l’UQAM (ADEESE-UQAM), David Lacombe, affirme que la révision de note est une bonne solution pour régler un différend avec un enseignant ou une enseignante associé(e). Selon lui, il faut qu’un étudiant ou une étudiante discute avec son superviseur ou sa superviseure de stage pour que la note finale soit revue à la hausse.

« Par exemple, si ta professeure associée veut te faire couler pour avoir respecté le mandat de grève, elle peut juste le faire pour la compétence de l’éthique professionnelle », explique David Lacombe. La note dans cette compétence peut ensuite être révisée par un superviseur ou une superviseure de stage si on lui en fait la demande, selon M. Lacombe.

Soutien en action culturelle

À l’Association facultaire étudiante de langues et communication (AFELC), qui a entre autres été en grève du 18 au 22 mars, de nombreux étudiants et de nombreuses étudiantes ont débrayé avec l’appui de leurs milieux de stage.

La chargée de cours Ginette Belcourt, qui supervise des stages de 600 heures des finissants et des finissantes du programme d’action culturelle, raconte même que « des membres de deux milieux de stage [sont allé(e)s] manifester avec les stagiaires le 20 mars ».

« Il y a des milieux qui libèrent leurs stagiaires et qui comptent leurs heures quand même », ajoute-t-elle.

Certains étudiants et certaines étudiantes ne feront pas totalement la grève de leur stage, qui leur demande de 25 à 40 heures par semaine, selon la chargée de cours.

Pierre d’Astous, qui poursuit un stage au Cégep régional de Lanaudière à L’Assomption, raconte que ses superviseurs « semblaient comprendre, même [l’appuyer] » lorsqu’il avait fait la grève une première fois en novembre.

« Mais la grève [du 18 au 22 mars], je ne leur en ai pas parlé, parce que je veux juste finir mon stage au plus vite », ajoute le finissant en action culturelle.

Les événements ponctuels en action culturelle pourraient empêcher certains et certaines universitaires de manifester, croit Ginette Belcourt. « Ça peut monter jusqu’à 55 heures [de stage par semaine] quand il y a un gros événement comme un tournoi sportif en milieu scolaire », souligne Mme Belcourt.

« [Les étudiants en action culturelle] ne seront pas fiers s’ils manquent l’événement dans lequel ils se sont investis durant tout leur stage pour aller manifester. Leurs superviseurs pourraient ne pas leur faire de lettre de recommandation pour ça », indique Ginette Belcourt, qui croit tout de même que la cause de la rémunération des stages gagne à être entendue.

photo : LUDOVIC THÉBERGE MONTRÉAL CAMPUS

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *