SociétéL’équipe féminine de soccer des Citadins s’incline en demi-finale

Justin Vézina23 mars 20194 min

L’équipe féminine de soccer des Citadins de l’UQAM s’est bien battue pour finalement perdre au compte de 3 à 0 face au Rouge et Or de l’Université Laval en demi-finale du championnat provincial de soccer intérieur, ce vendredi au Complexe Marie-Victorin.

La joute avait débuté avec quelques chances de chaque côté, mais le score était toujours à la case départ après les 45 premières minutes de jeu. Les Citadins sont passés bien près de marquer à la 18e minute, frappant le poteau à la suite d’une belle action collective.

Cependant, en deuxième mi-temps, le ciel s’est écrasé sur les troupes d’Alex Da Rocha lorsqu’à la 67e minute, la milieu de terrain du Rouge et Or Dominique Fortin s’est faufilée seule devant la gardienne de but Léa Palacio, qui n’a rien pu faire face à une frappe d’une précision chirurgicale.

La formation de Québec n’a plus jamais regardé derrière, installant un jeu de possession avec sa formation classique en 4-2-3-1. L’UQAM a joué le tout pour le tout dans les derniers instants, mais cela a ouvert la porte à l’Université Laval, qui a marqué deux buts dans les cinq dernières minutes de jeu.

Une stratégie que l’entraîneur Alex Da Rocha ne regrette pas. « On était obligé de prendre des risques puisqu’on tirait de l’arrière. Des fois ça paie et des fois, non », a-t-il remarqué.

L’UQAM avait défait l’Université du Québec à Trois-Rivières par la marque de 1 à 0 en tirs de barrage pour accéder au carré d’as. De son côté, le Rouge et Or arrivait gonflé à bloc, à la suite d’un impressionnant gain de 11 à 1 face aux Stingers de l’Université Concordia.

Il y avait toutefois de l’espoir pour les troupes uqamiennes, alors que le seul match entre les deux formations cette saison s’était soldé par un score de 0 à 0. L’UQAM avait conclu sa saison régulière en cinquième position, avec une fiche de deux victoires, deux revers et trois matchs nuls.

Les douze travaux des Citadins

« En sept ans, c’est la meilleure progression que j’ai vue entre la saison d’automne et celle d’hiver, a mentionné Alex Da Rocha après le match. Notre bloc défensif a souvent été notre point faible. Cependant, il a été parmi les meilleurs cette saison avec [l’Université] Laval, ce qui est très positif. »

Ce qui a le plus impressionné la capitaine Julia Liguori cette saison, c’est « l’esprit de combat. On sent qu’on veut être là l’une pour l’autre. Nous sommes plus une équipe ».

À quelques correctifs de devenir une puissance

Selon l’arrière latérale Valérie Moisan, le manque d’opportunisme de l’UQAM lui a coûté la rencontre. « C’est sûr qu’à l’avant on a toujours un peu de difficulté à finir, à trouver le fond du filet », a-t-elle analysé.

Même constat chez son entraîneur, qui s’attend à ce que l’équipe fasse un bond en avant la saison prochaine. « Nous avons des éléments qui entrent à l’automne et qui devraient aider à marquer quelques buts de plus, a-t-il observé. Donc, si notre bloc réussit à se comporter ainsi à l’automne, c’est sûr qu’on peut rivaliser contre n’importe qui. »

Une étoile qui brille plus que d’autres

Une joueuse de l’UQAM a un peu plus retenu l’attention lors de cette campagne. La milieu de terrain et capitaine Julia Liguori a marqué trois buts et obtenu trois passes décisives. En plus d’améliorer ses statistiques, elle n’a pas pris la saison d’hiver de main morte, même si elle est souvent jugée moins intense et moins importante que celle d’automne. « Peu importe, hiver ou automne, je veux gagner, je veux performer. Pour moi, il n’y a pas de barrières », a-t-elle affirmé.

Les performances de Liguori lui ont permis de se tailler un poste parmi la première équipe d’étoiles du réseau de la RSEQ cet hiver. Elle est la seule joueuse des Citadins à s’être fait sélectionner. La milieu de terrain avait d’ailleurs été élue recrue de l’année dans le circuit universitaire canadien en 2016.

La finale du championnat provincial aura lieu samedi à 15 h 45, alors que les Carabins de l’Université de Montréal affronteront le Rouge et Or.

photo: MÒRAG BÉLISLE MONTRÉAL CAMPUS

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

À lire aussi