À la uneCultureJuger à l’aveugle

Laurence Philippe Laurence Philippe9 mars 20184 min

Processus permettant l’intégration des minorités et la féminisation des orchestres symphoniques, l’audition à l’aveugle réduit les jugements de préférence auxquels peuvent être confrontés les jurys.

« Les juges ont une sonorité en tête et savent ce qu’ils veulent entendre. Donc, quel que soit l’instrumentiste, il n’y a pas de différence, tant que la performance est excellente », explique le trompettiste de la Société de musique contemporaine du Québec et professeur au Département de musique de l’UQAM, Thierry Champs. L’attention des juges se porte alors sur le jeu instrumental, et non sur l’identité du candidat.

Le concept à l’aveugle, implanté au Québec depuis les années 1950, a permis aux femmes et aux minorités visibles d’occuper une plus grande place au sein des orchestres symphoniques. C’est ce qui a permis de renverser la tendance afin de la rendre plus paritaire, souligne la coordinatrice de la Fédération des harmonies et orchestres symphoniques du Québec, Daphné Bisson.

Le principe d’audition à l’aveugle, également adopté aux États-Unis dans les années 1970, a permis d’augmenter le pourcentage de femmes dans les orchestres américains de 25 % durant les vingt premières années, selon une étude réalisée en 2000 à la Kennedy School of Government de l’Université Harvard.

Des études similaires n’ont pas été réalisées au Canada, mais il est possible de percevoir ce changement en analysant la majorité des listes de musiciens des orchestres, qui comptent aujourd’hui autant de femmes que d’hommes.

Au Québec, des ajouts ont été apportés depuis l’adoption du processus d’audition à l’aveugle, dont le fait d’inclure un segment de l’audition où un membre de l’orchestre joue aux côtés du candidat. « On veut pouvoir entendre la chimie sur le plan sonore et on veut aussi voir la réaction du candidat à l’intérieur de la dynamique qui existe déjà dans l’orchestre », ajoute-t-elle.

Dans le milieu professionnel, aucun orchestre ne procède autrement que par l’audition à l’aveugle, même si aucun règlement ne l’impose. La décision, laissée à la discrétion des orchestres, relève surtout d’une tradition, mentionne M. Champs.

Juger l’apprentissage

Les orchestres universitaires procèdent aussi en suivant ce processus afin de placer l’étudiant dans une situation qui se rapproche de la réalité professionnelle. Les juges, étant généralement des professeurs qui enseignent déjà aux candidats, sont susceptibles de connaître les personnes qui se présentent aux auditions.

« Ça permet donc une certaine partialité et une transparence, c’est-à-dire que les gens sont vraiment jugés selon la qualité de leur performance et non selon les préférences de leurs professeurs », explique le gérant et musicothécaire de l’Orchestre de l’Université de Montréal, Jeff Poussier-Leduc.

Le processus d’admission dans un baccalauréat en musique diffère toutefois de l’audition à l’aveugle. L’étudiant, qui se trouve en situation d’apprentissage, ne livre pas nécessairement une performance parfaite, contrairement à ce qui est exigé au niveau professionnel. Le jury rencontre le candidat et procède par entrevue au lieu de l’audition. « Ça permet au professeur et à l’étudiant de pouvoir parler de façon approfondie et non juste d’entendre la performance, puisqu’il y a une relation à construire entre eux sur les trois ou quatre prochaines années », fait part M. Poussier-Leduc.

Viser la perfection

Réussir une audition afin de faire partie d’un orchestre professionnel est d’ailleurs primordial pour un musicien qui souhaite percer dans ce métier, où l’on dénombre beaucoup d’appelés, mais peu d’élus. « Un candidat qui travaille des heures et des heures par jour depuis l’âge de quatre ans et qui fait une fausse note à l’audition, c’est fini pour lui. Il n’y a pas de seconde chance », mentionne M. Champs.

Une baisse généralisée des étudiants au baccalauréat en musique s’observe dans les dernières années, car les débouchés professionnels sont assez minces. En 2006, l’UQAM comptait environ 127 étudiants inscrits au baccalauréat en musique en concentration pratique artistique. À l’automne 2016, 97 étudiants étaient inscrits dans le même programme.

Si les baccalauréats en musique étaient plus nombreux il y a une dizaine d’années, ils sont peu à peu remplacés par d’autres programmes en art, comme en danse ou en art dramatique, puisque les demandes y sont plus nombreuses et les programmes, moins coûteux, mentionne le professeur Thierry Champs.

Le processus d’audition à l’aveugle n’est pas nécessairement ce qui encourage le plus d’étudiants à exercer le métier d’instrumentiste, car les auditions ne sont pas fréquentes. « S’il y a des gens qui entrent, ils y restent normalement jusqu’à leur retraite. On peut donc attendre trente ans avant qu’une place se libère », fait savoir M. Champs.

Les auditions à l’aveugle ont néanmoins permis de dynamiser les orchestres symphoniques, mais aussi d’instaurer une logique plus paritaire au sein du métier, en sélectionnant les musiciens sur l’unique base de leur talent.

 

photo : MARTIN OUELLET MONTRÉAL CAMPUS

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

À lire aussi