À la uneCultureLary Kidd reprend le contrôle

Avatar Alexandre Pépin23 février 20183 min

Après avoir désenchanté certains amateurs de rap québécois avec son premier album paru cet été, Lary Kidd revient en force neuf mois plus tard avec Contrôle V2. L’opus lève le voile sur une toute nouvelle facette du rappeur : son côté frondeur, plus assumé que jamais.

Laurent Fortier, de son nom d’artiste Lary Kidd, récidive en proposant quatre nouveaux morceaux incisifs, en collaboration avec le producteur Ruffsound. Dans ce EP annexé à son premier album, Contrôle, s’ajoutent donc les pistes Petit Jésus, Designer Chair, Ce monde là (sic) et Les fleurs bleues.

Convainquant le public d’être bien assis sur le trône du rap québécois, Lary Kidd « bénissait ses enfants » en dévoilant, le 16 février dernier, la chanson et le vidéoclip de la pièce reine de son plus récent opus, Petit Jésus. Un single puissant : flow et punchlines à couper le souffle, le tout couronné d’un vidéoclip digne du cinéma d’auteur. Il n’y a aucun doute, le rappeur frappe fort.

Il s’agit d’un succès d’autant plus satisfaisant considérant que son premier album solo, Contrôle, n’a pas su atténuer la cicatrice laissée par la séparation de son ancien groupe, Loud Lary Ajust (LLA), en septembre 2016. Contrôle est tout de même une oeuvre de qualité, mais le cynisme abordé dans cet album introspectif peut parfois rendre l’écoute difficile.

De plus en plus mature et avec l’arrogance qui lui est propre, le rappeur s’attaque à d’importants enjeux sociaux, comme la passivité et l’ignorance de la population. Designer Chair propose notamment une critique de la jeunesse québécoise. Avec ses influences musicales comparables au populaire duo de rap belge Caballero et Jean Jass, Lary Kidd est tout simplement percutant. Confortablement assis dans son Royère, un meuble de luxe très coûteux, il regarde de haut le citoyen moyen. « Pauvre petit Québécois, je sais que tu souffres comme une allumette/ Je sais que tu souffres, je sais que tu boudes/ T’as passé la soirée devant TVA », clame Laurent Fortier.

Avec la pièce Ce monde là (sic), l’artiste vise indéniablement le cœur des nostalgiques. Cette chanson, qui s’appuie sur la jeunesse du rappeur comme trame narrative, regorge d’anecdotes du groupe LLA. Racontant des histoires partagées avec son collègue Loud, Ce monde là (sic) a des airs des familles avec la pièce Il était moins une, qui figure sur l’album solo de l’ami d’enfance de Laurent Fortier. La symbiose des deux amis se fait évidemment sentir.

Le « jeune homme » s’est non seulement renouvelé, il a aussi évolué. Adepte des beaux-arts, il a su produire une œuvre riche et recherchée. Il surprend avec une panoplie d’opinions influencées par ses larges connaissances artistiques. Exploitant ses forces et maîtrisant des flows originaux, le Montréalais fait sans aucun doute partie des meilleurs rappeurs québécois. C’est officiel, Lary Kidd est en plein contrôle.

Le lancement de Contrôle V2 se déroulera à l’Astral le 2 mars prochain dans le cadre du festival Montréal en lumière. Le plus récent opus de Lary Kidd est disponible sur toutes les plateformes à compter d’aujourd’hui.

 

photo : OUMAYMA B. TANFOUS

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *