À la uneCultureLa pop s’éclate

Avatar Philippe Lemelin21 mars 20173 min

Cette cinquième soirée des Francouvertes a été des plus éclectiques, faisant voyager à travers trois mondes musicaux forts différents. MCC, Lydia Képinski et Étienne Fletcher ont tour à tour entraîné le public dans une atmosphère mélancolique, festive et un brin ludique. Lydia Képinski, la plus éclatée du lot, s’est hissée au second rang du palmarès, grâce à une prestation intense et authentique, ce qui lui assure une place aux demi-finales.

Maritza a d’abord offert une performance sensuelle et veloutée pour réchauffer la salle. La participante de la 18e édition était accompagnée d’André Papanicolaou pour jouer quelques pièces à saveur blues-rock dans un tempo lent.

MCC
Marie-Claudel Chénard, alias MCC (pour qu’on évite de mal prononcer son nom, dit-elle), a débuté sa prestation un peu timidement avec une pièce en solo. La nervosité de la jeune auteure-compositrice-interprète s’est toutefois rapidement dissipée après la première chanson.

Chénard a offert ses deux meilleurs morceaux en compagnie de Jean-Philippe Levac, qui est aussi le batteur du groupe franco-ontarien Pandaléon. L’atmosphère est douce et planante ; les compositions à la fois mélancoliques et lumineuses de MCC font penser à celles de Rosie Valland, mais avec un côté plus folk. Sa prestation s’est avérée convaincante puisqu’elle termine au 7e rang provisoire du palmarès.

Lydia Képinski
La jeune Lydia Képinski est l’une de ces artistes créatives qui refusent de se cloisonner dans un genre musical. Il est tout simplement impossible d’apposer une seule étiquette stylistique à ses chansons éclectiques, et c’est exactement ce pourquoi elle a été l’une des artistes les plus appréciées du concours jusqu’à maintenant.

Au départ plutôt sobre et statique, la chanteuse et guitariste a épaté la galerie en augmentant progressivement l’intensité des chansons en même temps d’introduire un peu de folie dans sa voix et ses gestes.

Le jeu du violoniste était tout sauf traditionnel, utilisant une foule d’effets généralement réservés pour la guitare électrique en plus d’incorporer des atmosphères électroniques lourdes aux claviers.

Plus belle surprise de la soirée, Lydia Képinski a conquis autant le jury que le public comme le démontre sa deuxième place.

Étienne Fletcher
Il est toujours difficile d’impressionner quiconque après une aussi solide performance, mais Étienne Fletcher a tout de même bien fait dans les circonstances.

Originaire de Régina, ce Fransaskois fort attachant est venu présenter ses compositions rock empreintes d’un petit côté western indéniable. Très à l’aise avec la foule, Fletcher semblait beaucoup s’amuser et son plaisir festif a trouvé écho chez les spectateurs.

Joyeux et extravertis, Étienne Fletcher et ses deux comparses (qu’il assimile lentement au français, blague-t-il) ont livré le spectacle le plus dynamique, mais aussi le plus conventionnel. C’est peut-être à cause de ce dernier aspect qu’il a été éliminé du concours. Ou bien c’est peut-être parce qu’il a trop parlé : les règles sont assez strictes et les prestations ne doivent pas dépasser les trente minutes.

Qu’importe, Fletcher travaille actuellement sur deux mini-albums (EP), un en français et l’autre en anglais. Il reviendra assurément au Québec.
Il ne reste que deux soirées, et donc six artistes, avant la fin de la ronde préliminaire. Cela signifie que Vulvets, Lydia Képinski et Les Louanges sont assurés d’une place aux demi-finales.

Lundi prochain, Laurence-Anne, Ariane Vailancourt et Joey Robin Haché tenteront de se classer parmi les demi-finalistes. Samuele fera office d’ex de la soirée.

Palmarès en date du 20 mars :
1. Vulvets
2. Lydia Képinski
3. Les Louanges
4. Valery Vaughn
5. Van Carton
6. Shawn Jobin
7. MCC
8. Antoine Lachance
9. Mélanie Venditti

Photo: JEAN-FRANÇOIS LEBLANC

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *