À la uneSociétéEspoirs d’une confrontation innovatrice

Avatar Florence Dancause5 novembre 20163 min

Le dialogue et le rassemblement des différentes communautés culturelles du Québec permettent la réconciliation entre les femmes de divers horizons et la création d’une force commune, selon les artistes et activistes, Natasha Kanapé Fontaine et Vanessa Kanga.

L’artiste multidisciplinaire et militante pour les droits autochtones et environnementaux, Natasha Kanapé Fontaine, a salué lors des conférences TEDx UQAM Women 2016, le vendredi 28 octobre, le fait qu’une rencontre et une réconciliation était déjà amorcée entre les femmes. Le rassemblement de femmes de tous les horizons et de toutes les origines est primordial, selon elle. « Je pense qu’il faut absolument qu’un partage se fasse entre les femmes de tous les horizons, de toutes directions, pour que chacune puisse vraiment s’inspirer les unes les autres et qu’une force se construise entre nous au sein de nos relations et que ça ait des répercussions dans nos propres relations », affirme-t-elle.

L’activiste et entrepreneure sociale et culturelle Vanessa Kanga est également d’avis que la réunion permet de revenir à un équilibre entre les hommes et les femmes, mais aussi entre les différentes communautés. Par ces rencontres et ces échanges, elles peuvent renverser l’échelle sociale et le déséquilibre des relations entre les différents membres de la société.

« C‘est ensemble qu’on va avancer »
Natasha Kanapé Fontaine, Artiste multidisciplinaire et militante pour les droits autochtones et environnementaux

De multiples projets

Lorsqu’elle s’est installée à Montréal, Vanessa Kanga a constaté une faille dans la  coexistence entre les diverses communautés culturelles. Elle s’est alors lancée dans une foule d’activités afin de les réunir. Vanessa a d’abord organisé des jumelages d’étudiants provenant de différentes régions du Québec et de quartiers montréalais multiethniques.  

Elle  a ensuite poussé son expérience de réunion culturelle plus loin : elle a créé le festival d’art Afropolitan Nomad Festival qui inclut des artistes de tous les horizons. Cette initiative a pour mission de rectifier le tir en rétablissant le dialogue entre les pays et les différentes cultures. « Quand vous faites rencontrer des gens dans leur zone de confort, ils sont en position de domination », soutient-elle. La plus récent édition d’ Afropolitan Nomad Festival avait lieu au Bénin en août dernier. Ce choix d’emplacement viendrait du fait que les artistes de partout dans le monde seraient plus prompts à dialoguer hors de leurs pays.

D’après Vanessa Kanga, l’art n’est qu’un un prétexte pour échanger avec les autres. « La conversation et l’échange permettent une confrontation pacifique », témoigne-t-elle.

Autant pour  Natasha Kanapé Fontaine que pour Vanessa Kanga, cet échange ne peut avoir lieu sans une conscience de son identité. Mme Kanapé Fontaine cite à titre d’exemple la réaffirmation de l’identité autochtone depuis 2012, moment où prend forme le mouvement Idle no more. Cette initiative, lancée par quatre femmes issues des Premières Nations, a appuyé la réaffirmation identitaire autochtone, croit l’artiste.. Au yeux de Natasha Kanapé Fontaine, ce mouvement a également permis aux autochtones de reprendre leur place, leur parole ainsi que la force de leur culture et de leur spiritualité. Cet essor est perçu par les femmes autochtones comme une occasion de « renaître de [leur] propre mort », affirme la militante originaire de la communauté de Pessamite.

Natasha Kanapé Fontaine a admis que c’était important pour les communautés autochtones et encore plus pour les femmes de reprendre leur voix et de se réaffirmer puisque «toute une société au grand complet est fondée sur une politique qui a voulu, depuis des siècles, détruire la valeur de cette femme [autochtone] », dénonce-t-elle.

« Il faut être conscient de qui vous êtes, sinon vous n’avez rien à offrir », réitère Vanessa Kanga, faisant écho aux propos de l’artiste et militante Innu.

Photo: CATHERINE LEGAULT MONTRÉAL CAMPUS
Nathasha Kanapé Fontaine présentait une conférence TEDx à l’UQAM le 28 octobre dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

À lire aussi