À la uneCultureRock, caramel et chocolat | Premier soir des demi-finales des Francouvertes

Avatar Philippe Lemelin12 avril 20162 min

Une foule considérable s’est entassée dans l’intime Cabaret du Lion d’Or pour la première soirée de demi-finales des Francouvertes, le 11 avril. La Famille Ouellette, Édwar 7 et Fudge ont donné un spectacle fort en émotion et en distorsion.

En première partie, l’ancien groupe de Fanny Bloom, La Patère Rose, s’est réuni tout spécialement pour l’événement. «C’est étrange et spécial, merci de vivre ça avec nous», a lancé la chanteuse de la formation qui avait remporté la 12e édition du concours.

La Famille Ouellette a démarré la soirée en force avec une puissante balade. On les sentait un peu plus nerveux qu’aux préliminaires, mais les six frères ont tout de même livré la marchandise. Ils ont impressionné la foule par leurs harmonies vocales et leurs talents multiples aux instruments de toutes sortes. Après avoir cuisiné de la sauce à spaghetti pour le public au premier tour, ils sont revenus cette fois avec du caramel fait maison. «Avant d’être un groupe de musique, on est avant tout une entreprise culinaire !», a rigolé Jean-Sébastien Ouellette. On espère les revoir en finale, ne serait-ce que pour découvrir leur prochain cadeau gastronomique. Ils trônent pour l’instant au sommet du palmarès.

Rock de velours

C’était ensuite au tour la formation rock Édwar 7. Surfant sur le momentum laissé par le premier groupe, les quatre musiciens ont libéré une musique rock simple, mais accrocheuse et efficace. Édwar 7 a une bonne cohésion, une belle énergie sur scène. La chanteuse du groupe en a profité, entre deux morceaux, pour remercier tout spécialement les curieux qui se sont déplacés sans connaître aucun des groupes à l’affiche. Ils ont aussi montré leur côté plus tendre en troquant la guitare électrique pour la guitare sèche, et le résultat était réussi. C’est un groupe à suivre, qui rappelle les belles années du rock commercial québécois.

Fudge, ce pêché mignon

Comme son nom l’indique, Fudge est à la fois dense et tendre à l’intérieur. Le groupe a de nouveau cassé la baraque lorsqu’est venu son tour de fouler les planches du Lion d’Or. Usant de musique grunge nouveau genre, la formation menée par David Bujold enchaîne les riffs pesants et les douces mélodies harmonisées à une vitesse hallucinante, de quoi donner le vertige. Fudge s’amuse avec les extrêmes, usant d’influences aussi bien pop que heavy metal. La foule s’est laissée emporter dans le trip psychédélique complètement déjanté du quatuor qui ne cesse de surprendre par son originalité.

Les groupes Ponteix, Les Passagers et Mon Doux Saigneur seront les prochains prétendants à monter sur scène le 12 avril. Sarahmée, Simon Daniel et Caltâr-Bateau termineront les demi-finales le 13 avril.

Photo: Jean-François Leblanc

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *