À la uneUQAMUn campus écoresponsable

Véronique Sénécal15 février 20164 min

Secteurs s’insérant graduellement dans les pratiques des communautés universitaires du Québec, la gestion de l’énergie et le développement durable se démocratisent promptement et s’octroient une place de choix dans les économies réalisées par ces établissements scolaires. Avec son plus récent Plan stratégique, l’UQAM indique qu’elle ne diminuera pas ses actions écologiques jusqu’en 2019.

En vigueur depuis déjà douze ans entre les murs de l’Université du Quartier latin, la Politique en matière d’environnement de l’UQAM s’insère dans les pratiques quotidiennes des étudiants. Selon le directeur de la gestion de l’énergie au Service des immeubles et de l’équipement (SIE) de l’UQAM, Patrick Dionne, le développement durable, la gestion environnementale et l’efficacité énergétique requièrent une compréhension systématique des réalités reliées aux différents pavillons du campus. «Les pavillons vieillissants de l’établissement universitaire doivent être pris en considération lorsqu’un projet environnemental est instauré», ajoute-t-il.

Mis sur pied en 2006, le premier programme majeur d’efficacité énergétique de l’UQAM, étalé sur quatre ans, a rapidement généré des économies substantielles à l’aide d’une modernisation des équipements de ventilations et de conditionnement de l’air. «Ce sont 675 000 $ chaque année qui ont été épargnés dès l’instauration de ce projet sur le Campus central. Depuis 2012, notre équipe s’attaque au Complexe des sciences Pierre-Dansereau pour, entre autres, faire des rénovations au niveau des systèmes de ventilation et des salles mécaniques, explique M. Dionne. Il est primordial pour nous de garder le confort des occupants des pavillons malgré nos actions environnementales.» Au total, ce sont près de 1,2 million de dollars économisés annuellement grâce à l’ajout de ce deuxième programme d’efficacité énergétique sur le campus de la faculté des sciences. «Ça représente 2 200 tonnes de CO2, soit l’équivalent de retirer 650 voitures de la route», avance le directeur.

Parrainage vert

Le 5 février était la date limite des étudiants pour déposer une initiative en matière d’environnement et de développement durable au Fonds vert de l’UQAM. Cet outil de financement, qui octroie des bourses variant de 1000 à 4 000 dollars, encourage l’implication étudiante dans la diminution de leur empreinte écologique en contribuant financièrement à leurs projets. «Ce sont 18 initiatives qui ont été déposées et c’est sans aucun doute notre plus grand nombre depuis la création du Fonds Vert en 2011. J’en suis très fière», s’exclame la conseillère en développement durable de l’UQAM, Cynthia Philippe. Elle rajoute que sept à huit projets sont choisis en moyenne annuellement par le comité institutionnel de la Politique en matière d’environnement de l’Université. Néanmoins, il est très rare qu’une initiative environnementale soit complètement ignorée. «Habituellement, le comité ne fera que des recommandations et des ajustements à apporter», explique-t-elle.

Le Collectif de recherche en aménagement paysager et agriculture urbaine durable (CRAPAUD), un collectif de l’UQAM encourageant une agriculture urbaine et coopérative, a régulièrement bénéficié des bourses du Fonds vert par le passé. Créé en 2011, le premier rucher du collectif avait obtenu un soutien financier. Encore aujourd’hui, il sert à de nombreuses recherches et à la sensibilisation de l’importance des abeilles auprès des étudiants. «Globalement, notre équipe essaie de faire en sorte qu’il y ait beaucoup de partage d’informations et de vulgarisations pour que tout le monde comprenne que notre collectif est accessible à tous», explique la coordonnatrice du CRAPAUD, Hélène Saby.

Collaborations interuniversitaires

Les grandes entreprises qui obtiennent une performance exceptionnelle en matière d’efficacité énergétique sont reconnues par le réseau Écolectrique d’Hydro-Québec. L’UQAM, l’Université de Montréal et l’Université McGill ont reçu cette certification symbolique grâce à leurs réalisations d’au moins 5% d’économie d’électricité annuelle. Malgré cela, le coordonnateur en développement durable de l’Université de Montréal, Stéphane Béranger, soutient que l’actuel contexte financier austère handicape la démocratisation des projets environnementaux du campus. «La notion de développement durable reste floue et est souvent synonyme de coûts et de tâches supplémentaires pour de nombreuses personnes», précise-t-il dans un échange de courriels. Selon lui, une des priorités de l’établissement universitaire doit être de déployer un plan de sensibilisation pour la communauté étudiante. Du côté de l’UQAM, Patrick Dionne est également conscient de l’importance d’une visibilité suffisante du développement durable pour la prochaine année. L’ajout d’aménagements de plantes dans certains espaces de l’Université est, selon lui, tout aussi primordial.

L’entraide entre les différentes universités de la province devient donc inévitable pour optimiser les projets de développement durable. «C’est certain que nous échangeons nos pratiques, nos succès et nos échecs. C’est un petit monde l’environnement au Québec, donc on se connait tous et il n’y a pas de compétition», souligne Cynthia Philippe.

Photo : Alexis Boulianne

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *