À la uneCultureLes hommes comme les marionnettes de l’histoire

Avatar Marie-Jeanne Dubreuil9 novembre 20153 min

La troupe du Sous-marin jaune, en collaboration avec le Théâtre de Quartier, présente sa plus récente oeuvre, Guerre et Paix, au centre du Théâtre d’Aujourd’hui depuis le 3 novembre dernier. Les créateurs, Louis-Dominique Lavigne et le Loup bleu, ont relevé le défi d’adapter de manière originale et efficace le roman éponyme de Léon Tolstoï avec cette pièce accrocheuse à la mise en scène presque sans fautes.

Antidote 10

La pièce nous transporte à l’époque de la guerre entre la France de Napoléon et la Russie impériale du début du 19e siècle. On peut suivre les grandes lignes de ce conflit à travers les yeux de l’aristocratie russe, en particulier ceux de Pierre, intellectuel maladroit, d’André, militaire réservé et ambitieux et de la belle et naïve Natacha.

Il est difficile de réduire un roman de 2000 pages à une pièce de théâtre d’une centaine de minutes, avertit le Loup Bleu, marionnette vedette du Sous-marin jaune, lors de l’ouverture. Le scénario laisse en effet de côté toutes les nuances du texte de Tolstoï. L’évolution psychologique des personnages, si importante dans le roman, est aussi peu perceptible. Lavigne et Loup bleu ont cependant réussi à bien résumer le récit de Guerre et Paix, misant surtout sur la vision de Tolstoï que sur l’histoire en elle-même. Même si certains, moins familiers avec le roman, peuvent se sentir un peu confus par moments, le message passe malgré tout. Une frise affichant la chronologie de l’histoire permet d’ailleurs à toute personne se sentant un peu perdue de se retrouver facilement dans le récit.

La présence du Loup bleu apporte une touche d’humour à l’oeuvre grâce à son ironie et à son rôle de suppléant aux personnages retirés de l’histoire. La pièce est d’ailleurs un spectacle de marionnettes, ce qui pourrait faire peur à plusieurs. Les poupées sont toutefois très belles et manipulées par des acteurs aux talents indiscutables. Pour les quatre comédiens, les marionnettes deviennent comme un prolongement de leur jeu.

La mise en scène fluide et spectaculaire d’Antoine Laprise rend la pièce captivante et poignante. Les scènes de guerre sont particulièrement impressionnantes, alors que des boîtes qui s’entrechoquent rappellent le bruit de marche des soldats.

Avec sa scénographie, son côté comique et la performance de ses acteurs, la pièce Guerre et Paix transforme ce roman de 2000 pages en oeuvre théâtrale rafraîchissante et divertissante pour un public large, de quoi donner envie de s’attaquer aux livres de Tolstoï.

4/5

Photo : Nicolas Frank-Vachon

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *