UQAMLettre ouverte aux étudiants et aux étudiants de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM

Avatar Montreal Campus13 avril 20155 min

Nous croyons que les changements qui sont proposés aux règlements généraux de l’Association étudiante de l’École des sciences de la gestion (AéESG) sont majeurs, et que les décisions que cela implique doivent être prises avec plus de transparence et de façon moins précipitée.

Avec la nouvelle structure, et la disparition des assemblées générales, près de 4 000 membres* de l’AéESG perdront leurs droits démocratiques et ne pourront plus se faire entendre ni voter, n’étant membres d’aucune association de programme. Qui les représentera ? Pourquoi, pendant l’année qui s’achève, l’exécutif de l’AéESG n’a-t-il pas fait les efforts nécessaires pour créer de nouvelles associations de programmes afin de regrouper ces « orphelines » et ces « orphelins » ? Qu’arrivera-t-il aux membres d’une association de programme qui choisit de se désaffilier de l’AéESG ? Toutes ces personnes devront tout de même payer une cotisation à chaque session, malgré le fait qu’elles ne seront plus représentées et qu’elles n’auront plus aucun droits de parole ou de vote.

De plus, il doit absolument y avoir des mécanismes de protection contre la centralisation des pouvoirs au sein du comité exécutif et du conseil central. Par exemple, il faut actuellement un minimum de 250 membres pour qu’un vote de grève soit valide, alors que l’affiliation à une association nationale (comme la FEUQ ou l’ASSÉ) exige un référendum ; or, rien n’est prévu à ce niveau dans les changements proposés. Il est d’ailleurs intéressant de noter que l’AéESG a fait adopter, à la réunion du conseil central du 16 mars, une motion visant à soutenir la création d’une nouvelle association nationale pour « remplacer » la FEUQ ; pourtant, jamais l’association n’en a informé ses 14 000 membres ! Il faut donc inclure une clause pour que ces questions donnent lieu à des référendums ou à des scrutins universels.

Mais ce n’est pas tout. Avec la nouvelle structure, les étudiantes et les étudiants ne pourront plus participer à l’élection des administratrices et des administrateurs, alors que le conseil d’administration de l’AéESG est l’instance qui a comme mission de veiller à la bonne gestion de l’association. Cette élection doit absolument se faire au scrutin universel, sur plusieurs journées, et non en conseil central, où seules les associations de programmes peuvent se faire entendre. Le processus de mise en candidature doit aussi être révisé pour permettre plus de transparence et d’ouverture et ainsi favoriser une plus grande participation des membres au sein des différentes instances de leur association.

Pourquoi l’exécutif de l’AéESG n’a-t-il pas consulté les membres avant de proposer cette nouvelle structure ? Pourquoi n’a-t-on pas suivi la recommandation émise en conseil d’administration, il y a plus d’un an, concernant les 4 000 membres qui risquent de perdre leurs droits démocratiques ? Pourquoi, lorsque cette question a été soulevée lors des rencontres d’informations, en mars dernier, l’exécutif a-t-il refusé d’en tenir compte ? Quel réel effort de communication y a-t-il eu pour informer les 14 000 membres de l’impact de ces changements sur des questions aussi importantes que la représentativité et les droits de parole et de vote ?

Enfin, et c’est la question qui défie toute logique : pourquoi vouloir faire adopter ce changement lors d’une assemblée générale tenue à la fin de la session ? Pourquoi ne pas plutôt tenir un référendum à la fin de la session d’automne ou à l’hiver prochain, pour que toutes et tous aient le temps de bien s’informer des changements proposés et de leurs impacts ? Pourquoi l’exécutif actuel tient-il à précipiter ce processus ? Pourquoi n’informe-t-il pas correctement les membres, et pourquoi ne les consulte-t-il pas avant d’agir ? Est-ce dans le but de rejoindre une nouvelle association nationale sans faire voter les membres, grâce à un décret au milieu de l’été ?

À moins de deux semaines de la fin du mandat en cours, et avec un nouveau comité exécutif dont la moitié des postes ne sont pas comblés, pourquoi cette précipitation ? Est-ce démocratique et respectueux des membres et du nouvel exécutif que de confier un tel mandat à cinq personnes ?

 

Pour vous faire entendre, quelle que soit votre opinion, et afin de faire respecter vos droits démocratiques, vous devez vous présenter en grand nombre à l’assemblée générale extraordinaire du mardi 14 avril (12 h 30, au local R-M130).

Vous avez le pouvoir de proposer une résolution afin de bloquer les changements dans leur forme actuelle, de repousser l’ensemble du processus à l’année prochaine, de demander une réelle consultation et d’exiger la tenue d’un référendum sur plusieurs jours.

N’oubliez jamais que l’AéESG doit travailler pour ses membres, et non pas l’inverse !

Considérant que le local où doit se tenir l’assemblée générale n’est qu’une simple salle de classe, nous vous recommandons fortement de confirmer votre présence afin de vous assurer que l’association prévoit une salle assez grande pour vous accueillir.

 

Alexandra Picard-Dubé

Vice-présidente aux affaires internes et aux communications (2013-2014)

 

Andrew Lockhead

Président (2011-2012)

Administrateur (2011-2012)

Vice-président aux projets (2010-2011)

 

Chloé Labrie

Vice-présidente aux services aux étudiants (2013-2014)

 

Félix-Antoine Daigle

Administrateur (2012-2013)

Président (2010-2011)

Vice-président aux affaires internes (2009-2010)

 

Julien L. Berthelet

Vice-président exécutif (2013-2014)

Vice-président aux affaires internes (2012-2013)

 

Léo Viger-Bernard

Administrateur (2012-2014)

Secrétaire général (2012-2013)

 

Marc Antoine Lapierre

Vice-président aux affaires académiques (2013-2014)

 

Marie-Pier Poulin-Breton

Présidente (2013-2014)

Administratrice (2013-2014)

Vice-présidente exécutive (2012-2013)

Vice-présidente aux affaires académiques (2012-2013)

 

Martin St-Denis

Administrateur (2013-2014)

 

Maude Valiquette

Administratrice (2014-2015)

 

Olivier Cantin

Administrateur (2013-2014)

Vice-président aux affaires administratives (2013-2014)

Vice-président au marketing (2012-2013 ; mandat partiel)

 

Tommy Boucher

Vice-président exécutif (2014-2015 ; mandat partiel)

Administrateur (2013-2014)

Vice-président aux affaires financières (2013-2014)

***

*Les programmes qui sont touchés sont les certificats en administration, en administration de service, en commerce international, en finance, en marketing, de perfectionnement en gestion et en planification financière, de même que le DESS et la maîtrise en comptabilité et certains programmes courts de deuxième cycle. Le nombre de membres est une estimation basée sur les données de l’automne 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *