À la uneUQAMLa planète France

Avatar Benoît Lortie25 mars 20152 min

La Francofête québécoise a été soulignée à l’UQAM par diverses activités, dont un concours littéraire spécialement destiné aux étudiants étrangers. Selon la porte-parole de l’événement Chantal Gamache, les étudiants étrangers n’oseraient peut-être pas prendre la plume et s’inscrire à un concours de rédaction s’il était ouvert à tous. Les cinq lauréats du concours ont été dévoilés lors de la soirée de clôture le 19 mars au resto-bar le Département.

https://aqper.com/fr/concours-etudiant-2021

Les textes des gagnants ont été lus devant un public qui les a acclamés. La soirée, animée par le comité organisateur et orchestrée par leur responsable du Service à la vie étudiante (SVE) Chantale Gamache, s’est poursuivie dans une ambiance festive de chansons francophones en karaoké.

«C’est la première fois que je participe à un concours littéraire. Il fallait produire un texte de 200 mots donc cela ne demandait pas beaucoup de temps, la difficulté était surtout d’intégrer huit des dix mots suggérés. Le style était libre, moi j’ai choisi de raconter une histoire», raconte l’un des gagnants, Mathieu Lecomte. Il a eu vent du concours via les réseaux sociaux et est reparti avec un prix de 100$. L’étudiant en commerce international n’a pourtant pas l’habitude de se risquer dans le domaine littéraire, mais il croit qu’il va participer à d’autres activités de ce genre à l’avenir.

Durant cette semaine de la Francofête, d’autres activités ont attiré les uqamiens. Ateliers d’écriture, discussions, conférences et projection d’un film documentaire étaient au menu. Sur le Campus des kiosques animés proposaient des jeux interactifs qui incitaient la participation de tous. L’étudiant à la maîtrise en finances appliquées, Anthony Ferchat, y proposait des jeux qui intègrent les dix mots mis en vedette par l’office de la langue française cette année : amalgame, bravo, cibler, grigri, inuit, kermesse, kitsch, sérendipité, wiki et zénitude. «Je fais parti du comité de coordination et je voulais m’impliquer au niveau multiculturel ici, à Montréal. Je pense que c’est une belle aventure. On représente tous les continents, on représente le monde», confie-t-il.

Parmi les kiosques, un arbre de pensées positives à y accrocher son message ou en cueillir un par hasard a retenu l’attention par son petit effet «biscuit chinois» de luxe. On y retrouvait des pensées telles : «Chaque choix est bon tant qu’il est assumé, alors il ne faut pas hésiter à oser».

Le SVE offre un éventail de services aux étudiants dont un secteur qui offre de l’aide personnalisée aux étudiants étrangers. Un comité de bénévoles s’est ainsi formé pour organiser des activités ensemble et briser l’isolement, tout au long de l’année. «Tout le monde pourrait organiser des activités pour la Francofête, c’est à la grandeur de la planète. Nous on a pris l’initiative de le faire», s’exclame Chantal Gamache.

En l’honneur des 220 millions de francophones dispersés sur 5 continents, on célèbre chaque année et partout dans le monde la Journée internationale de la Francophonie le 20 mars, depuis 1970.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *