À la uneOpinion>Mots tabousSi j’avais pas de char

Avatar Catherine Paquette1 octobre 20142 min

This disaster has grown beyond the choices that individuals make.

Antidote 10

[…] and solving this question is not a question of politics, it is a question of our own survival.

-Leonardo Dicaprio, messager de la paix pour le climat à l’ONU

 

Quand la côte Berri tue mes cuisses de nouvelle cycliste, je me concentre sur la phrase du graffiti sur le viaduc et je redouble d’ardeur. KYOTO EST MORT. Bonne raison pour pédaler.

J’arrive enfin en haut, après avoir lâché mon guidon pour faire une couple de fingers dans le vide à Harper. Je prends un gros « respire » pollué une fois rendue à Sherbrooke, me félicitant de faire ma part.

Ça doit servir à rien, pédaler plus vite, si on risque de tous mourir bientôt. Tant qu’à faire, on devrait tous prendre notre char. Leo l’a dit, c’est une question de survie. Mais cette question, elle doit être posée à tous les dirigeants de la planète en même temps. Et ceux qui assistent au sommet devraient avoir tous les moyens de nous « réenligner le bicycle ».

Moi, quand j’ai regardé Titanic pour la première fois, jamais j’aurais cru qu’on aurait besoin du beau gars qui meurt à cause d’un iceberg pour convaincre des parlementaires de mettre leurs intérêts économiques de côté le temps de laisser respirer la planète.

À présent, j’me demande si réellement, des politiciens qui seront bientôt remplacés par d’autres au terme de leurs mandats pourront fixer des limites aux grandes entreprises qui mènent le monde. Quelques représentants du milieu économique sont présents au sommet, pour participer à des plénières sur différents thèmes. 125 chefs d’états et des présidents de banques et d’agences de transport. Même Walmart, McDonald’s et IKEA assistent au débat.

C’est bon signe, mais j’me demande si ce sera assez. Ban Ki-Moon a demandé un accord universel. Universel pour que partout, en développement ou non, les pays déploient un effort colossal et pédalent dans le même sens. Ça va faire suer, mais ça va marcher.

 

Catherine Paquette

Rédactrice en chef

redacteur.campus@uqam.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *