UQAMUn parcours de combattante

Avatar Catherine Lamothe16 avril 20144 min

Toujours debout après la tempête médiatique qui l’a ébranlée durant les derniers mois, Dalila Awada garde les droits des femmes musulmanes au cœur de ses préoccupations et n’a pas l’intention de se taire. 

Le restaurant du Quartier latin où elle s’est arrêtée souffler un peu déborde d’étudiants absorbés par leurs travaux de fin de session. Maquillée avec soin, arborant des vêtements et des bijoux minutieusement agencés, Dalila Awada a tout d’une jeune fille de 24 ans comme les autres. Mais derrière ses allures d’étudiante appliquée, celle qui par la force des choses est devenue la porte-parole des femmes musulmanes dans le débat entourant la charte de la laïcité déborde d’un désir peu commun de changer les mentalités.

Née au Québec de parents d’origine libanaise, Dalila Awada a grandi entourée de quatre sœurs, au sein d’une famille où la communication occupait une place primordiale. «J’ai toujours été à l’aise de prendre la parole. Déjà au primaire, j’animais tous les spectacles de fin d’année», se souvient en riant l’étudiante en sociologie à l’UQAM. En vieillissant, cette soif de communiquer a pris une signification différente. «Je ne suis pas capable de voir une chose avec laquelle je ne suis pas d’accord et de me taire», explique-t-elle.

Pour Dalila Awada, qui porte le voile de son plein gré depuis des années, il allait de soi de prendre position au moment où a éclaté la controverse entourant le débat sur la charte de la laïcité. Spontanément, la jeune femme est montée aux barricades pour dénoncer haut et fort l’interdiction potentielle du port des signes religieux dans la fonction publique. «Dalila est une personne extrêmement authentique, témoigne son compagnon Sam Fneiche. Elle n’a pas peur de ses convictions et elle dit tout ce qu’elle pense. C’est naturel pour elle de défendre les autres.»

Date cruciale, le 29 septembre 2013 marque le passage de la jeune musulmane à l’émission dominicale Tout le monde en parle. Rivés à leur téléviseur, des centaines de milliers de Québécois découvrent une Dalila Awada assurée, venue défendre son point de vue. «Pour moi, c’était tout à fait normal de pouvoir me faire entendre en tant que femme musulmane et c’était aussi normal qu’on critique mes propos, relate l’étudiante. Mais je ne pense pas que je mesurais l’ampleur de ce que signifiait ma participation à cette émission», admet-elle avec du recul.

Dans les jours et les semaines qui suivent, Dalila Awada est assaillie de réactions très agressives. Articles, rumeurs, vidéos diffamatoires, tout y passe. Son copain et sa famille, pas du tout impliqués dans le débat, ne sont pas épargnés. «C’est comme si, tout à coup, c’était devenu légitime de s’attaquer à ma personne et non à mon argumentaire: mon style vestimentaire, ma façon de me maquiller… ça devenait complètement superficiel», se désole la jeune femme. Dalila Awada demeure posée, mais son regard trahit une certaine amertume. «À mon avis, n’importe quel citoyen qui prend la parole dans une polémique doit se sentir en sécurité, insiste-t-elle. Je n’arrive toujours pas à comprendre comment ce genre de dérape a sa place dans un débat démocratique.»

Malgré tout, l’étudiante ne regrette absolument rien. «Je n’ai pas uniquement récolté du négatif. Je crois même que j’ai reçu encore plus de commentaires positifs, tant de la part de la communauté dont je suis issue que de la part de gens non musulmans, raconte-t-elle. Beaucoup m’ont dit qu’ils avaient vu l’individu derrière le foulard et compris que j’étais une Québécoise comme les autres.»

Ce n’est qu’un début

Si la polémique s’est estompée peu à peu, Dalila Awada est consciente que le combat pour défendre les femmes musulmanes est loin d’être gagné. Celle qui se déclare féministe s’enflamme en évoquant les préjugés véhiculés dans la société. «Ce qui circule dans les médias est tellement décalé de la réalité, lance-t-elle. Souvent, on illustre les articles qui parlent des musulmanes par une image de femme en burqua ou en niqab, alors que ça ne représente pas du tout la majorité.» Impliquée notamment au sein de l’organisme Québec inclusif, l’étudiante se fait un point d’honneur de présenter une image plus réaliste des femmes musulmanes. «On les présente toujours comme des victimes, des femmes sombres, austères, alors que c’est faux, vocifère-t-elle. On est aussi des femmes qui ont des passions, des intérêts et des luttes à mener.»

Fascinée notamment par les changements sociaux et l’histoire, Dalila Awada rêve depuis toujours d’enseigner la sociologie. «Elle a réellement la vocation pour ça, croit son amoureux Sam Fneiche. Ça s’enligne tout à fait avec sa volonté d’aider les autres et de communiquer.» Rejetant pour l’instant l’idée d’une carrière politique, Dalila Awada assure néanmoins avoir toujours envie de défendre ses idées. «Mon plus grand espoir, c’est qu’un jour une femme musulmane puisse être invitée à prendre la parole sur un sujet différent de sa religion, parler d’écologie ou de frais de scolarité, dévoile-t-elle avec un sourire en coin. Oui, je veux continuer à donner mon opinion, mais j’ose espérer que ce sera pour parler d’autre chose que du voile.»

Pour l’instant, Dalila Awada  a un objectif précis en tête, celui de terminer sa session universitaire. Elle quitte le restaurant pour aller rencontrer des enseignants à l’UQAM, un peu pressée, un sac à dos flottant sur ses épaules. Dans la rue bondée s’imprègne l’image d’une étudiante ordinaire, qui mène une lutte extraordinaire.

Photo : Marion Bérubé

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *