À la uneUQAMUn duo sous les projecteurs

Avatar Étienne Cournoyer26 mars 20142 min

À la suite d’un long parcours de plus de sept mois, trois performances ont été récompensées par le concours la neuvième édition d’UQAM en spectacle présenté à l’Astral le 14 mars dernier. Un duo musical de piano et guitare a remporté le concours, qui ne cesse de prendre de l’ampleur chaque année.

Cathrine Pomerleau et Phil Girard ont remporté la faveur du jury composé de professionnels de l’industrie artistique. Les musiciens étaient à l’honneur durant la soirée, avec la seconde position du chanteur folk-rock Laurent Thomas et la troisième place de l’auteur-compositeur-interprète Maxime Auguste. Une bourse de 600$ a été remise aux lauréats et les finalistes ont respectivement obtenu 400$ et 200$. Neev, humoriste de la rélève, est venu détendre la foule pendant la soirée.

Cette soirée a été le point culminant de plusieurs mois d’efforts intenses pour les participants. «On a tenu les auditions au début janvier, mais les candidats se préparent depuis le début de l’automne», explique la coordonnatrice d’UQAM en spectacle, Marypier Hamel. L’évènement prend de l’ampleur à chaque édition et l’organisation se réjouit de voir les efforts porter leurs fruits. «On veut être un concours le plus professionnel possible pour attirer les talents de l’UQAM», affirme l’organisatrice. Elle croit qu’une autre façon d’observer l’évolution du concours passe par la composition du jury de la compétition. «On a vraiment réussi à aller chercher des noms très prestigieux dans le domaine de la musique et des arts de la scène», se félicite-t-elle.

Une forte proportion des juges est spécialisée dans l’industrie musicale. «On a sept numéros musicaux dans la finale, donc on a choisi nos juges en fonction de cela», justifie Marypier Hamel. Gérant du groupe Misteur Valaire, Guillaume Déziel a eu la surprise de recevoir une invitation pour juger les participants de la grande finale. «Je n’ai pas hésité longtemps, affirme-t-il. L’UQAM est une université très allumée pour encourager les arts et j’aime l’idée d’encourager la relève.»

L’importance de côtoyer le talent de demain allume Guillaume Déziel, toujours à la recherche de nouvelles perles musicales. «Avec mon implication avec Misteur Valaire, c’est difficile de s’attarder à autre chose, soutient-t-il. Dans le monde de la musique, il faut toujours garder les yeux ouverts pour voir les tendances et sortir du carcan.» Le juge a également beaucoup apprécié la formule de l’évènement. «Je n’ai aucune idée des candidats qui seront à l’œuvre, ça permet de ne pas avoir un préjugé envers tel ou tel style musical», a déclaré Guillaume Déziel, à quelques heures de la grande finale.

Cathrine Pomerleau et Phil Girard sont loin d’avoir terminé leur route. «En plus de la finale nationale, les gagnants seront en performance au Zoofest, indique Marypier Hamel. Ce partenariat va leur permettre d’avoir une visibilité qu’on ne pouvait pas offrir avant.» La finale pancanadienne aura lieu le 29 mars prochain au Lion d’Or et le duo musical performera au festival interdisciplinaire en juillet prochain.

Crédit photo

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *