SociétéPinceaux et crayons mobilisés à Concordia

Avatar Prisca Benoit29 novembre 20131 min

Les étudiants de l’Université Concordia sont invités à sortir leurs pinceaux et leurs appareils pour faire connaître leur opinion sur la Charte des valeurs québécoises.

«L’idée est venue suite à la manifestation contre la Charte du 20 octobre dernier, à laquelle le GRIP-Concordia a participé»,  souligne une membre à la permanence du GRIP-Concordia impliquée dans l’organisation du projet, Jaggi Singh. Après la manifestation, les organisateurs étaient désireux de trouver une nouvelle façon de contester la Charte des valeurs, avec laquelle ils sont en désaccord. «Même s’il n’y a pas de manifestation, c’est important de toujours avoir des messages contre la Charte», martèle le jeune homme.

Si les étudiants sont invités à mettre leur talent artistique au profit de cette dénonciation, la nature exacte du projet reste à confirmer. «L’idée sur la table est de monter un site Internet avec toutes les contributions reçues. Il est aussi possible qu’une exposition soit organisée», explique Jaggi Singh.

Étudiante en arts visuels et en design graphique à l’UQAM, Lauranne Faubert-Guay doute de l’impact réel d’une telle initiative. «J’ai entendu parler du projet et j’ai voulu y participer. C’est une excellente initiative, mais je pense que trop peu de gens croient qu’il y a un lien entre l’art et la politique», croit-elle.  La jeune artiste croit que les mouvements sociaux sont porteurs d’évolution dans cette discipline. «On l’a vu avec le printemps 2012, les artistes se sont mobilisés. Reste à voir si ce sera pareil avec la Charte», ajoute-t-elle.

L’idée est inspirée de l’exposition Art en action qu’organise depuis deux ans le GRIP-Concordia, où l’art engagé est à l’honneur. «On peut créer de bonnes œuvres avec le thème de la justice sociale», croit Jaggi Singh. Le jeune homme ajoute qu’un peu comme avec Art en action, ce projet veut sortir l’art dans la rue. «Il faut mettre l’art et les images dans les places où les gens vont les voir, pas nécessairement dans les galeries.» Jusqu’à présent, 131 personnes ont confirmés leur participation au projet d’art contre la Charte et les étudiants ont jusqu’au 29 novembre pour mettre leur grain de sel dans le projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *