À la uneBaromètreD’un océan à l’autre

Avatar Daphnee Malboeuf28 novembre 20131 min

À la suite de sa participation au spectacle  Silence on rap, présenté aux Francofolies l’été dernier, la carrière de Bobby One a pris son envol. L’artiste présentait le 20 novembre dernier son tout premier album intitulé Mon voilier. «Mon voilier c’est une métaphore. J’ai jamais mis les pieds sur un voilier, mais de façon générale, un voilier ça se promène jamais tout droit. Ça va de gauche à droite et ça résume un petit peu ma vie, les dernières années.»

Présenté par la boîte de production Silence d’or, le rappeur originaire de Québec s’associe avec d’autres grands noms tels Koriass et Farfadet, afin de présenter au public un premier opus bien diversifié.

Naviguant entre le style musical de Sir Pathétik et des paroles engagées à la Loco Locass, le rappeur nous présente un album qui laisse amer. Bien que les textes plutôt métaphoriques soient poétiques, les thèmes évoqués ont trop souvent été abordés et ne font en aucun cas preuve d’originalité. L’argent, le temps manquant, le bonheur, la quête de soi : nommez les, ils sont là. D’une piste à l’autre, le thème musical est répété à outrance et diffère rarement. Dans Je me rappelle, l’auteur-compositeur-interprète parle de l’Alzheimer de son grand-père; de son ignorance face à la maladie, de ses inquiétudes par rapport à son état de santé et des beaux moments passés en sa compagnie. Ce morceau, touchant et nostalgique, suspend le temps, fait réfléchir un instant et clôt cet album, qui pose un regard plutôt négatif sur la vie.

Mon voilier, Bobby One, 19 novembre 2013

Crédit photo: Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *