À la uneBaromètreAmour et libération conditionnelle

Avatar Alexandra Lord1 octobre 20131 min

Un potager, une cabane dans les bois, deux femmes qui s’aiment; voilà les prémisses de la bande dessinée Le potager de Vic + Flo, de Jimmy Beaulieu. Le bédéiste livre dans cette œuvre intrigante et touchante son interprétation du film de Denis Côté, Vic + Flo ont vu un ours, en regroupant quelques scènes inédites du long-métrage.

Beaulieu offre un regard nouveau sur l’univers de Victoria et Florence, deux femmes amoureuses, qui devront réapprendre à vivre dans la société, maintenant que leurs années d’incarcération sont derrière elles. C’est dans une cabane à sucre isolée que Florence, en libération conditionnelle, rejoint son amante occupée à jouer dans son potager.

«J’suis vieille, t’es libre, tu vas m’abandonner».«J’te laisserai jamais, Vic». Le lecteur sera témoin entre les deux femmes de dialoguent simples, de mots savamment choisis, purs, qui toucheront et feront frissonner par leur justesse et leur beauté.

Puis, l’arc d’un dos nu, la douce courbe d’un sein, l’attente de l’une et le bonheur de l’autre: tout ça représenté en deux dessins, sans couleur, sans dialogue. Des mots? Pas besoin cette fois-ci. Les dessins de style aquarelle, et les ombres et lumières réussissent parfaitement à transmettre la magie qui s’échappait de ce bref moment passé entre Vic et Flo durant leur séjour en prison.

Beaucoup de scènes pétillantes comme celle-là sont marquantes. Pourtant, le lecteur qui n’a pas vu le film reste un peu sur sa faim. Cette courte intrusion dans le quotidien de Vic et Flo peut sembler éphémère. Le visionnement du film serait un préalable utile avant d’entamer la bande dessinée.

Jimmy Beaulieu, maitre du dessin, réussit brillamment à transmettre sa vision de cette magnifique histoire d’amour. Comme quoi femmes, amour et potager peuvent donner un résultat des plus intéressants.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *