À la uneOpinion>En coulissesLe cercle vicieux du financement

Marion Bérubé11 septembre 20132 min

J’ai longtemps mijoté cette chronique je comptais garder mes –ô combien multiples- reproches pour les prochaines éditions et commencer en beauté avec ma joie de voir la culture du Québec être ce qu’elle est.

Traitez-moi de naïve, mais je ne pouvais qu’être fière d’aller à une représentation du film Incendies au Maroc. Oui, on parle bien du pays d’Afrique du Nord et non pas du cinéma du coin à Roberval. On peut maintenant se vanter d’avoir une culture qui rayonne partout à travers le monde. Je regarde avec fierté nos réalisateurs d’ici se tailler une place parmi les bonzes du cinéma américain. Après le marasme du cinéma d’été, j’ai hâte de retrouver les Vallée, Villeneuve et compagnie montrer de quoi ils sont capables à nos voisins du Sud. J’ai hâte de me rallier au million et quelques autres téléspectateurs qui suivent le destin de nos poquées préférées de l’Unité 9. J’ai hâte de faire jouer le dernier album de Misteur Valaire à plein volume.

Après avoir envoyé mes collaborateurs farfouiller dans des sujets différents, voilà que leurs deux articles aboutissent finalement à la même conclusion: manque de financement. Encore? Après un changement de gouvernement, un rayonnement de plus en plus large et des prix qui commencent à s’accumuler sur les cheminées de nos artistes, on parle encore de ce maudit sujet? Impossible. Je l’avoue, lorsqu’il était question de chiffres et de crise du financement dans les médias, j’étais l’une des premières à tourner la page. Épargnez moi ces chiffres si je peux quand même aller voir une bonne pièce de théâtre ce vendredi. Désormais il n’est plus possible de tourner la page. Même si personne ne sort dans les rues pour dénoncer les nombreuses coupes effectuées à tous les programmes, festivals et alouette, plusieurs voix s’époumonent devant le manque de ressources auquel la culture fait face. On peut tout de même compter sur les David de ce monde pour combattre les Goliath coupeur de fonds.

***

Si vous n’avez rien à faire…

Eh oui, je m’improvise momentanément la Hugo Dumas du Campus. Disons le franchement, les chances sont maigres pour un journaliste de vivre de sa plume. Je saute sur cette occasion pour partager mes coups de coeur du moment. Si ne serait-ce qu’une seule personne vient durant la session acheter nos beignes au V-1380 et glisse que le livre/film/chanteur recommandé l’a charmé, je vais planer pour un bon dix ans. Sans blague.

Donc cette semaine, plein feu sur La femme en vert et La Cité des jarres d’Arnaldur Indridason. Pendant d’Henning Mankell en Islande, l’auteur met en scène un vieux policier solitaire dans des enquêtes fascinantes. Après avoir lu l’intégrale de ses oeuvres, je n’ai qu’une seule envie : acheter une grosse doudoune et filer directement en Islande admirer ses paysages lunaires. Sur ce, je suis très fière de prendre le relais d’Audrey Desrochers pour la section Culture du Montréal Campus. Bonne rentrée les jeunes !

Marion Bérubé

Chef de pupitre Culture

culture.campus@uqam.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *