UQAMUtopie réaliste

Avatar Simon Dansereau16 février 20132 min

Le Centre de design de l’UQAM présente l’exposition INFRA-ECO-LOGI-URBANISME jusqu’au 14 avril. Le matériel exposé se penche sur les possibilités d’avenir urbain et architectural futurs de la «mégarégion» des Grands Lacs (MGL) d’Amérique du Nord.

Sorte de laboratoire du design urbain, l’exposition donne au visiteur l’occasion de voir d’une autre manière l’organisation urbaine à grande, moyenne et petite échelle.

Les concepteurs proposent de repenser l’aménagement urbain de la région comprise entre les Grands Lacs et la vallée du St-Laurent, de manière, notamment, à lui donner un système de transport en commun très efficace. Les revenus issus de la production d’énergies renouvelables serviraient à financer cette refonte du système de transport collectif. Selon Geoffrey Thün, l’un des fondateurs du collectif d’architectes, tout ce qui est proposé dans l’exposition est à la portée de nos collectivités. «Nous n’avons pas besoin d’attendre l’avenir. Tout ce que nous utilisons ici est disponible maintenant, il n’en tient qu’à la volonté politique de faire en sorte que les projets se réalisent», plaide-t-il.

Les architectes conçoivent le design urbain selon l’idée de territoire. Ainsi, tous les aspects abordés, géographique, économique, sociologique, sont vus comme étant inter-reliés. «L’intérêt de cette exposition est de montrer que la pensée en design est de faire des propositions, ce qui est très différent de la recherche scientifique», souligne Geoffrey Thün.

Pour Börkur Bergmann, le directeur du Centre de design de l’UQAM, la qualité du travail de RVTR est «exceptionnelle». Selon lui, l’exposition est d’une extrême pertinence, compte tenu que la conception des villes sera nécessairement appelée à changer dans les années à venir. «Il y aura un problème de densité. Il faudra donc arriver à un système urbain hybride», soutient-il. Le directeur du Centre de design cite en exemple le documentaire de Mathieu Roy réalisé en 2011, Survivre au progrès, qui démontre que la dépendance au progrès demeure un obstacle au développement durable sur la planète, dans un contexte où la population mondiale est appelée à augmenter à un rythme effréné. Selon les experts consultés dans le documentaire, la dépendance au progrès technologique menace l’existence même de l’humanité.

En ce sens, la réflexion de RVTR présente aux yeux de Börkur Bergmann un travail collé à la réalité. «Il s’agit d’un développement urbain soutenable, c’est-à-dire qu’il tient compte d’une situation précise, des capacités financières en cause. C’est une utopie réaliste», précise-t-il.

Exposition RVTR : INFRA-ECO-LOGI-URBANISME au Centre de design de l’UQAM, du 7 février au 14 avril 2013. Entrée libre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *