BaromètreÉloge de la vieillesse

Avatar Ariane Thibault-Vanasse22 janvier 20131 min

«Il ne se passe rien, mais tout en même temps», disait un spectateur en sortant de la salle où était projeté Amour, dernier film de Michael Haneke. Il n’aurait pas pu mieux décrire l’œuvre.  Amour est tout en longueur. On y reconnaît bien là le style d’Haneke. Chaque scène prend le temps d’amener une action et de la mettre en contexte – même si cela  peut prendre cinq minutes en temps réel. Le réalisateur confère aux acteurs toute la place qui leur est dûe. Les plans fixes sont nombreux et attribuent au film une rythmique lente qui nous fait littéralement sortir de nos trains de vie hyperactifs. Il serait même juste de le qualifier d’anti-film hollywoodien.

Un couple de personnes âgées, Georges (incarné par un Jean-Louis Trintignant juste et authentique) et Anne (la sublime Emmanuelle Riva qui offre une performance majestueuse), voit leur vie basculer après qu’une attaque condamne cette dernière à une paralysie. S’amorce alors le combat de Georges pour éviter à son épouse les humiliations et la perte de sa dignité.

La force du film réside justement en la performance du duo d’acteurs. Emmanuelle Riva est puissante. Pour une femme de 85 ans (elle touchera d’ailleurs les 86 ans lors de la cérémonie des Oscars à laquelle elle est en nomination dans la catégorie meilleure actrice), un rôle aussi physique est un exploit que peu de jeunes actrices peuvent se targuer d’accomplir. Jean-Louis Trintignant, quant à lui, incarne un roc qu’aucun obstacle ne semble ébranler. Il épaule (souvent au sens propre du terme) son épouse qui sombre vers la mort à une vitesse affolante. Il est le phare pour tous les autres personnages, jusqu’à ce qu’une vague dévastatrice vienne déferler sur son sort.

Amour est parfait et complet. Les réflexions sur la vieillesse, la vie, la mort et l’amour sont profondes et habitent le spectateur, qu’il soit jeune ou moins jeune. Le film est à l’image de l’œuvre de Haneke.

Amour, de Michael Haneke, à l’affiche depuis le 11 janvier

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

À lire aussi

Nuit américaine

Nuit américaine

12 mars 2015
2 min
Tristesse objective

Tristesse objective

12 mars 2015
2 min