À la uneCultureAu choeur du métier

Avatar Melissa DesGroseilliers22 janvier 20133 min

N’aspirant pas devenir la prochaine étoile montante de la musique, plusieurs virtuoses de la voix préfèrent se fondre dans une chorale. Garder le rythme est toutefois exigeant puisque les opportunités de carrière sont restreintes.

À 19 ans, Charlotte Dury est déjà choriste professionnelle. Avec sa voix douce et posée, elle n’a rien d’une prima donna. Elle est l’une des plus jeunes recrues du Choeur Gospel Jubilation de Montréal, qui compte une cinquantaine de choristes. Si l’esprit de chorale s’accorde en harmonie avec sa passion, le milieu reste précaire pour ceux qui voudraient faire carrière dans le domaine. Charlotte chante en échange d’un salaire annuel. Ainsi, même si certaines chorales dites amateures sont de haut calibre, l’ensemble des choristes doit être rémunéré pour qu’une chorale soit de niveau professionnel. Pour y chanter, une bonne oreille ne suffit pas. Il faut aussi être en mesure de déchiffrer une portée. C’est pourquoi les choristes professionnels ont une formation en chant classique ou en musique, ce qui leur permet de lire les partitions.

Malgré son talent, celle qui a étudié dans une école alternative de formation artistique connaît le refrain. «Je sais que ce n’est pas facile de percer, surtout dans le gospel, qui est plus populaire aux États-Unis qu’à Montréal.» Son père, musicien, l’a avertie que le tempo était difficile à suivre. «Si je perce tant mieux, mais je ne me fais pas d’attentes. Je ne veux pas compter que sur cela», confie-t-elle, rieuse.

Si réussir dans le milieu peut sembler idyllique, certains, assurément, y parviennent. Le compositeur et chef de choeur Robert Ingari a poussé la note durant de nombreuses années et il connaît aujourd’hui une carrière florissante. Actuellement directeur artistique du Choeur de chambre du Québec, de l’ensemble vocal de l’École de musique de l’Université de Sherbrooke (UdeS) et du Choeur symphonique de Sherbrooke, il est également responsable de la maîtrise en direction chorale de l’UdeS.

À Montréal, les choeurs professionnels se comptent presque sur les doigts d’une main. Puisqu’il n’y a pas beaucoup d’offres d’emploi, Robert Ingari décrit le professionnel comme un «choriste pigiste». Il peut, par exemple, avoir un contrat avec deux ou trois chorales et être professeur de chant. Néanmoins, les sélections pour les chorales professionnelles sont exigeantes et si plusieurs contrats s’ajoutent, s’accorder selon les horaires peut s’avérer difficile. «Un choeur amateur peut aussi engager un choriste professionnel s’il a besoin d’un ténor ou d’un soliste, ajoute le président de l’Association des chorales du Québec, Paul Belzile. Les chefs de choeur sont souvent aussi des choristes professionnels.» Mais ne dirige pas qui le veut bien. Puisque les emplois sont peu nombreux, les candidats doivent exceller pour obtenir un poste. «Ça prend au moins une maîtrise», souligne le président.

Carrière solo aux oubliettes

Si certains choristes percent en solo, ni Charlotte Dury ni Robert Ingari n’ont désiré se rendre jusque là. «Je ne pense pas qu’une carrière de choriste peut être un bon tremplin, estime Charlotte. Quand tu es dans une chorale, tu es vraiment dans un groupe, le but n’est pas de se démarquer.» Les solistes du Choeur Gospel Jubilation de Montréal ne sont d’ailleurs pas appelés des solistes, mais plutôt des leaders. «Un bon soliste n’est pas nécessairement un bon choriste, car il faut marier sa voix à celle des autres», précise Paul Belzile.

Passionnée, Charlotte Dury ne perçoit que des avantages à chanter parmi les autres. «J’ai déjà fait des concerts seule et c’était plus stressant, admetelle. Chanter dans une chorale est un outil qui va me servir toute ma vie, ça libère de ses émotions.» Pour Robert Ingari, le résultat obtenu par le chant de groupe dépasse les capacités individuelles de chaque choriste. «Des études scientifiques indiquent que de faire vibrer et d’accorder sa voix à celle de quelqu’un d’autre a des effets très bénéfiques au niveau physique comme des vertus thérapeutiques et relaxantes».

Charlotte, qui chante depuis l’âge de huit ans, ne veut pas se nourrir d’illusions quant à son avenir et envisage plusieurs possibilités de carrière. «J’aimerais être professeure de yoga», affirme-t-elle, consciente de l’incongruité de son choix. Pour l’instant, ses trois heures de répétitions hebdomadaires lui suffisent à tenir la note.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *