BaromètreNon classéDes mots qui frappent

Avatar Catherine Querry7 novembre 20122 min

Le 30 octobre dernier, au Théâtre d’Aujourd’hui, les amoureux du théâtre ont pu assister à la première de la pièce Tout ce qui tombe. Écrite par Véronique Côté et mise en scène par Frédéric Dubois, l’oeuvre nous plonge dans un univers chaotique se déroulant entre l’Allemagne et le Québec. Tout ce qui tombe, c’est sept personnages, trois décennies et quatre histoires d’amour.

Antidote 10

Des histoires très différentes représentant diverses formes de relations, diverses façons d’aimer. Le décor désordonné et sens dessus-dessous plonge le spectateur dans un univers chaotique. C’est un aperçu réussi de la vie des personnages et de ce qui les tracassent. Chaque élément de la scénographie voyage d’une histoire à l’autre et demeure sur scène tout au long de la représentation, tout comme les personnages. C’est avec sincérité et émotion que les comédiens présentent les personnages. Avec un jeu très réaliste, ils réussissent tous à toucher le public de façon très différente, lui permettant ainsi de s’identifier facilement. Ils parviennent également à transmettre le texte d’une profondeur étonnante avec justesse et sensibilité.

Véronique Côté, visiblement, a charmé les spectateurs avec la beauté de ses mots. Un texte simple qui touche énormément, qui fait réfléchir et voyager. Les scènes en allemand sont surprenantes: bien placées, maîtrisées et touchantes. La traduction de ces quelques extraits est projetée sur un grand écran. Les diverses formes de typographie et d’effets visuels sont remarquables. Un seul bémol : la traduction est souvent trop rapide. Ces instants sont plutôt longs et l’on doit se concentrer davantage sur l’écran que sur le jeu des comédiens.

Tout ce qui tombe est une belle représentation de l’amour et, sans tomber dans les diverses clichés, la pièce offre de magnifiques images dans un univers réaliste. On en ressort un peu plus grand et touché par les mots de cette dramaturge à découvrir.

Tout ce qui tombe, mise en scène de Frédéric Dubois, au Théâtre d’Aujourd’hui jusqu’au 17 novembre

Crédit photo: Vincent Champoux

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *