UQAMUne première place bien méritée

Karolane Landry4 avril 20125 min

Après une saison forte en émotions, l’équipe de cheerleading des Citadins a été couronnée championne du Réseau sportif étudiant du Québec (RSEQ) le 18 mars dernier. Montréal Campus s’entretient avec Roxanne Gendron Mathieu, entraîneure chef de l’équipe.

Montréal Campus : Quels défis vous a apporté la saison 2011-2012 ?
Roxanne Gendron Mathieu: La principale difficulté était d’avoir une équipe composée en grande majorité de recrues. En effet, il y avait 14 recrues cette année sur une équipe de 24 athlètes. Sur les vétérans qu’il nous reste, peu d’entre elles ont plus de deux ans d’expérience avec les Citadins. Il s’agissait donc d’une équipe plus ou moins expérimentée dans le milieu du cheerleading universitaire. Après notre première compétition, à la fin novembre, nous avons eu à remonter le moral des troupes. L’exécution de la routine n’avait pas été à la hauteur du talent des athlètes dû à la composition de l’équipe, ce qui a causé quelques frictions dans l’équipe par la suite.

M.C. : Est-ce qu’il y a eu une amélioration marquée entre le début et la fin de la saison?
R.G.M. : Il y a eu une énorme amélioration. Au début de la saison en août, avec Ariane Cloutier, mon assistante principale, nous avons décidé que nous allions prioriser le talent à l’ancienneté. Malheureusement, quelques anciens membres qui se sont présentés aux auditions n’ont pas été pris dans l’équipe. Nous avions toutefois la certitude que cette année, il s’agissait de l’équipe la plus talentueuse que les Citadins aient pu avoir en cheerleading jusqu’à maintenant.
Après la défaite de notre première compétition en novembre, Ariane Cloutier et moi savions que nous avions besoin de renfort afin de maximiser la performance de nos athlètes et puisque nous étions la seule université à disposer de seulement deux entraineurs. Nous sommes donc allées chercher deux assistantes supplémentaires, Camille Montmarquette et Billie Rose. Nous avons tout de même mis une croix sur deux compétitions en Ontario pour pouvoir payer leurs salaires, mais l’équipe a progressé de façon fulgurante depuis l’ajout de ces deux entraîneuses.

M.C. : Qu’est-ce qui a permis à l’équipe de se hisser au haut du classement du RSEQ en cheerleading?
R.G.M. : Durant les deux années précédentes, nous nous contentions de deuxièmes places lors des compétitions. Cette année, nous avons fait tourner la roue et nous avons eu droit à de nombreuses victoires. Notre équipe a mis beaucoup d’efforts afin de se relever de sa troisième position au mois de novembre. C’est une équipe qui s’est unie pour faire sa force et on le voit encore même si la saison de la RESQ est terminée. Nous continuons de tenter de nouveaux défis, de complexifier les figures et la routine même si ce n’est que pour le plaisir. Il y aurait pu y avoir un relâchement après notre victoire, mais au lieu de cela, tout le monde continue de pousser à son maximum en ce moment et c’est vraiment motivant.

M.C. : Pourriez-vous nous décrire le moment où vous avez été déclarés champions de la saison de cheerleading 2011-2012 ?
R.G.M. : Moi, personnellement, j’étais vraiment émue, contente. Tout le monde était vraiment heureux dans l’équipe; c’est ce que nous attendions depuis le début de l’année. Les vétérans étaient aussi très contents de cette victoire, car l’année dernière, lors de la compétition du RESQ, nous avions «échappé» notre médaille d’or avec une performance médiocre. Cette première place a très bien conclu notre saison puisque nous avions aussi été champions lors des deux compétitions précédentes pendant la fin de semaine. On ne s’habitue pas vraiment à la première place!

M.C. : Quelles sont les plus belles réalisations de cette année?
R.G.M. : D’abord, le Défi Cheer UQAM, une compétition organisée par l’UQAM qui consiste à s’assurer une relève en cheerleading pour l’Université. Cette année, nous avons reçu tous les Cégeps de la région. Il s’agit d’une réussite qui a eu de belles retombées au niveau du recrutement et de la compétition en général. Ensuite, je dirais que c’est d’avoir gagné au championnat régional de la Fédération de Cheerleading du Québec (FCQ). Même si nous n’avions pas eu de pyramide, formation qui implique presque tous les membres de l’équipe, nous avons réussi à éblouir les juges avec nos stunts, formation de quatre ou cinq personnes. Pourtant, c’est ce avec quoi nous avions eu le plus de difficultés pendant les années passées. Mais la plus belle réalisation, et je ne m’en fatiguerai pas, c’est notre bannière de champions provinciaux RSEQ cette année. Je pense qu’on mérite vraiment la première place.

M.C. : Est-ce que toutes ces victoires vous ont inspiré de nouveaux projets?
R.G.M. : C’est certain que nous allons continuer avec le Défi Cheer UQAM et que toutes les belles victoires de cette année nous apportent beaucoup de recrues potentielles. Pour la saison 2012-2013, le défi sera principalement de rester les premiers. Puisque nous n’avons pas de football à l’UQAM, la saison de cheerleading commence presque deux mois plus tard que les autres qui ont du football à l’université. Il s’agit donc un défi de taille d’arriver préparés en novembre. Finalement, nous avons décidé de participer au minimum à une compétition aux États-Unis l’année prochaine pour nous comparer aux universités américaines.

Crédit photos: Fabien Pothier

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *