BaromètreCultureBidonnages et complots

Avatar Thomas Dupont-Buist7 mars 20122 min

Le verdict est tombé. Tom Valle, menteur. Valle, mythomane. Tom Valle et le New York Times: bidonneurs. Tom Valle était journaliste. Il a trahi sa profession en inventant de toutes pièces une cinquantaine d’articles étonnants qui lui ont valu une célébrité instantanée et périssable. Maintenant, il écrit des comptes-rendus d’ouverture de centre d’achats, des portraits de pêcheurs à la mouche et des notices nécrologiques. À la prison, il a préféré l’exil, loin de tout. Tentant d’oublier la honte, il fait tout pour passer inaperçu. Pour tout dire, avec pour seul loisir le club de bowling de Littleton, il y parvient assez bien. Jusqu’au jour où l’histoire qu’il est destiné à raconter lui tombe dessus. On dit que chaque journaliste en a une. La sienne est d’une importance capitale. Sauf que sa crédibilité est au point mort. Peu importe, s’il le faut, Tom Valle crèvera pour rembourser sa dette au journalisme.

Je ne lis pratiquement jamais de thrillers. Peut-être parce que mon père ne lit que ça. Esprit de contradiction. Celui de James Siegel, pourtant, a attiré mon attention. Probablement parce que Storyteller est une enquête journalistique. Certainement parce qu’en quatrième de couverture on peut lire: « Dans la lignée des Hommes du président», célèbre enquête journalistique ayant fait tomber un gouvernement. Quoi qu’il en soit, je ne me suis pas trompé, ce bouquin effeuille, page par page, les différentes couches d’une intrigue passionnante. Les évènements anodins s’assemblent pour former un complot immense.

James Siegel va droit au but avec ce roman de quelques 462 pages. Il joue merveilleusement avec l’autodérision et l’humour noir. Les personnages forts traversent constamment le récit. Tour à tour apparaissent une fillette devenue femme qui croit dur comme fer aux extraterrestres, un vétéran «empoisonné par Saddam» en Irak et un plombier sans visage. Vous ne comprenez pas ce qu’ils peuvent avoir en commun? Parfaitement normal, il faudra attendre jusqu’à la toute fin pour que tout s’éclaire. Comme dans chaque bon thriller. L’enquête journalistique ne diffère pas autant de l’enquête policière que l’on aurait pu le croire, après tout.

Storyteller, James Siegel, Cherche midi, 2011, 462 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *