BaromètreCultureQuand les morts nous parlent de la vie

Thomas Dupont-Buist18 janvier 20122 min

«Il n’y a pas de justice, que de la pornographie.» Si cette affirmation vous fait déjà grincer des dents, pas la peine de poursuivre votre lecture. Ce qui suit n’est évidemment qu’une critique, mais son thème pourrait bien en bousculer plus d’un. Difficile de faire autrement quand on doit aborder Christian Lapointe, maître du théâtre in-yer-face (ne cherchez pas plus loin, ça dit ce que ça dit). Sa dernière création, Sepsis, ne déroge en aucun cas à ce style brutal, conçu afin de faire comprendre un certain message au public. Même si ça doit être désagréable.

Effectivement, on ne rigole pas avec Sepsis – putréfaction en grec ancien. Si on le fait, ça sonne jaune, pour ne pas dire noir. On est à des lieux des comédies jojo qu’on nous repasse sans cesse au Théâtre du Nouveau Monde pour nous faire oublier les vicissitudes du quotidien. Dans la tradition du Théâtre La Chapelle, on va se faire «brasser la cage». Quoi de mieux pour trainer son coloc au théâtre après deux ans d’abstinence? L’électrochoc est garanti.

Mise en contexte. Sur votre petit siège, vous ne vous attendez à rien, devant ce grand mur qui voile la scène. Soudainement, sans même que vous ayez le temps d’éteindre votre téléphone cellulaire et de déballer vos petits bonbons, la partie supérieure du mur s’abaisse, révélant le troublant décor d’une morgue immaculée, vu de haut. Outre quelques néons qui grésillent, c’est le calme plat. Puis, tout à coup, un bruit assourdissant se fait entendre. On dirait une grande machine au son infernal, mais ce n’est que l’ouverture de l’un des tiroirs-cercueils. Son occupant, un macchabée, se met à vous parler. Dans sa voix, aucune trace d’émotion, ne subsiste qu’une pointe de cynisme mélangée à une confusion ensommeillée. Si elle est revenue d’outre-tombe, ce n’est pas pour vous dire des fadaises, mais bien pour vous réveiller à travers ce monologue à six voix.

À travers un texte hautement poétique tirant du génie, une mise en scène au quart de tour et une trame sonore parfaitement justifiée, Christian Lapointe nous entraîne en des territoires qu’on n’aurait jamais pensé visiter. L’incroyable décor de Jean-François Labbé se marie parfaitement à l’éclairage ombragé de Martin Sirois pour enfanter un petit miracle scénographique. Combiné à une équipe d’acteurs chevronnés, on appelle ça une dreamteam sans rougir. Ajoutons à cela une utilisation multimédia innovatrice et on sera d’accord avec Wajdi Mouawad, Christian Lapointe est un artiste à surveiller des deux yeux.

Sepsis de Christian Lapointe au Théâtre La Chapelle du 17 au 21 janvier. M.E.S. de Christian Lapointe

Photo: Yvan Turcotte

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *