Non classéS’immobiliser pour faire bouger les choses

Williams Fonseca-Baeta10 mars 20111 min
Une vingtaine d’étudiants ont protesté le 9 mars contre la hausse des frais de scolarité lors de l’activité Un gel contre le dégel à l’agora du pavillon Judith-Jasmin. Au signal sonore d’une trompette, une vingtaine d’étudiants sont restés immobiles pendant deux minutes tandis que d’autres ont abaissé une bannière accusant le gouvernement Charest d’endetter les étudiants. L’événement était organisé par le comité de mobilisation de l’Association facultaire étudiante de science politique et droit de l’UQAM (AFESPED).
 
Photo: Williams Fonseca-Baeta
 
«C’est une activité originale pour attirer l’attention de la communauté de l’UQAM», affirme le coordonnateur à l’AFESPED, Samuel Ragot. Les organisateurs en ont aussi profité pour inviter les étudiants à participer aux manifestations prévues les 12 et 31 mars prochains pour protester contre certaines mesures du budget provincial. «On va se faire ramasser dans le prochain budget […], il faut que les gens de l’UQAM le sachent», affirme Samuel Ragot. 
Il s’agissait d’une des premières activités organisées par le comité de mobilisation créé en février. «Même si des membres de l’exécutif y participent, le regroupement se veut autonome à son syndicat étudiant», précise Samuel Ragot. Le groupe ne reçoit pas de subventions provenant d’associations étudiantes. L’impression de ses tracts a toutefois été payée par l’AFESPED.
L’association tiendra une assemblée générale de grève le 16 mars prochain à 12:30 à la Salle Marie-Gérin-Lajoie pour donner la possibilité à ses membres de se rendre à la manifestation du 31 mars prochain, organisée par l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ).

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *