Non classéLa fin du rêve

Andy Mailly-Pressoir23 mars 20102 min
L’équipe de basket-ball de l’UQAM a été éliminée en demi-finale de consolation lors du Championnat canadien de basket-ball interuniversitaire masculin, le 21 mars dernier à Ottawa.
Les Citadins ont essuyé deux défaites consécutives dans ce tournoi regroupant les huit meilleures formations au Canada. Les Ravens de Carleton, favoris et champions des six dernières années sur sept, n’ont pas été impressionnés par les hommes d’Olga Hrycak et leur ont infligé un revers de 83-72 vendredi soir. Les champions québécois ont alors été relégués dans la ronde de consolation. Malgré une féroce lutte contre les Lancers de Windsor, la partie s’est soldée par une défaite 79-74.
Vendredi, le garde Arthaud Plesius a été nommé joueur du match chez les Citadins avec une récolte de 16 points. Du côté des Ravens de Carleton, le vétéran Kevin McCleery, un ailier format géant de six pieds huit pouces, a bien paru avec sept points et six rebonds lui valant la mention de joueur du match de sa formation.
Les Ravens, grands favoris du tournoi, ont présenté un taux de succès de 59.6% sur leurs tirs tandis que les Citadins ne sont pas allés au-delà de 26 tirs réussis sur 55, soit un faible pourcentage de 47.3%. L’équipe montréalaise a aussi dû composer avec l’absence de Grégory St-Amand, l’un de ses joueurs clés.
Se relever après la chute
Ce court séjour dans la cour des grands devrait insuffler un message d’espoir aux Citadins. Malgré sa grande déception, Olga Hrycak s’est montrée optimiste quant à l’avenir de l’équipe qu’elle dirige depuis 8 ans déjà. CHOQ, la radio Web de l’UQAM, était sur place pour recueillir les propos de l’entraîneure. «Il nous manque encore quelques morceaux pour être compétitif à l’échelle du pays, dont de l’expérience. C’est une bonne expérience pour le club pour les années à venir. Je vous assure que nous serons de retour à cette compétition», a-t-elle affirmé. 
Toutefois, le manque d’expérience de l’équipe n’est pas le seul facteur à blâmer. La femme de 62 ans a souligné l’avantage physique des joueurs des équipes adverses, de loin plus imposant que ceux de l’UQAM. Les Huskies de Saskatchewan comptent à eux seuls quatre mastodontes de plus de six pieds huit pouces. L’entraîneure a affirmé qu’elle aurait à recruter des joueurs plus grands dans le futur. 
Par ailleurs, ce sont ces mêmes Huskies qui sont sortis vainqueurs du tournoi. L’équipe de l’Ouest du Canada a mis la main sur le premier trophée W.P. McGee de leur histoire, grâce à une victoire de 91-81 aux dépens des Thunderbirds de la Colombie-Britannique.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *