Non classéSession d’hiver prolongée à l’UdeM

Estelle Cote-Sroka24 mars 20102 min
La session des étudiants de l’Université de Montréal sera prolongée en raison de la grève générale illimitée du Syndicat des chargées et des chargés de cours de l’Université de Montréal (SCCUM) qui se poursuit depuis le 24 février.
Les nouvelles dates pour la fin de la session d’hiver et le début de la session d’été seront déterminées lors du retour en classe. Près de 30 000 étudiants devront rester dans les salles de classe plus longtemps que prévu avant de pouvoir profiter de l’été.
«C’est inacceptable de prolonger la session», s’exclame le secrétaire général de la Fédération des associations étudiantes du campus de l’Université de Montréal (FAÉCUM), Nicolas Descroix. Selon lui, les trop nombreuses interruptions au cours des négociations empêchent le Syndicat et la direction de l’Université d’en arriver à un compromis.
Pour sortir de l’impasse, la FAÉCUM continuera de faire pression auprès de la ministre de l’Éducation, Michèle Courchesne. «Il faut que quelqu’un force les parties à s’assoir et à négocier», indique Nicolas Descroix. La Fédération étudiante espère que les intérêts de ses membres demeurent au centre des préoccupations des deux parties. Le prolongement de la session est en effet perçu par les étudiants comme un manque d’attention à leur égard. Un groupe Facebook nommé «Étudiants de l’UdeM pour un règlement rapide de la grève» compte près de 2000 membres au 24 mars. 
Le SCCCUM, qui réclame entre autres une diminution du nombre d’élèves par classe ainsi qu’une hausse salariale, poursuivra ses négociations avec la partie patronale dès que possible. Le président du Syndicat, Francis Lagacé, s’attend à des efforts supplémentaires et à plus d’ouverture de la part de son employeur pour régler le conflit. «Le problème principal demeure que l’Université ne considère pas nos demandes comme des besoins. Concernant le nombre d’élèves, l’Université croit qu’avec la reconduction du statut quo elle nous fait un cadeau.»

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *