Non classéLa cohérence des libéraux

admin2011morn3 décembre 20084 min

Un débat électoral portant sur l’éducation supérieure et réunissant des représentants des cinq grands partis politiques québécois s’est tenu à l’UQAM le 27 novembre dernier. Le Parti libéral du Québec (PLG) y avait délégué le député de Verdun, Henri-François Gautrin. Élu sans interruption depuis vingt ans, ce dernier a acquis l’assurance nécessaire pour défendre des positions impopulaires devant un public hostile. Il a ainsi déclaré aux étudiants et employés de l’Université que selon lui, le système d’aide financière aux études est satisfaisant dans sa forme actuelle. Pourtant, selon la Fédération étudiante universitaire du Québec, les bénéficiaires de prêts et bourses ne disposeraient que de sept dollars par jour pour se nourrir, soit moins que le coût d’un seul repas dans une des cafétérias de l’UQAM. Henri-François Gautrin en a remis en déclarant que si son parti remportait les élections du 8 décembre, les frais de scolarité seraient éventuellement haussés jusqu’à l’atteinte de la moyenne canadienne. Statistique Canada évaluait cette moyenne à 4 800 $ par année dans un rapport publié en octobre dernier, soit plus du double des frais acquittés actuellement au Québec.
En plus de se mettre à dos les étudiants en proposant des mesures qui auraient des effets désastreux sur leur niveau de vie, et éventuellement sur leur capacité de poursuivre leurs études, le Parti libéral souhaite apparemment se mettre à dos l’ensemble de la communauté universitaire québécoise. En effet, malgré l’opposition des professeurs, employés, étudiants et recteurs exprimée au cours des dernières semaines, le projet de loi sur la gouvernance des universités serait reproposé au vote à l’Assemblée nationale par un troisième gouvernement dirigé par Jean Charest. S’il était adopté, les conseils d’administration des universités devraient être composés en majorité de membres dits indépendants, donc d’acteurs du monde des affaires. Ces derniers seraient plus à même, selon certains, de gérer les universités que les membres de ces institutions, pourtant bardés de diplômes et qui ont un intérêt direct dans le maintien à long terme de la santé financière de l’établissement pour lequel ils travaillent ou au sein duquel ils étudient.

Plus ça change…
L’auteur de ces lignes termine ces jours-ci son parcours universitaire. Il en était à sa deuxième année de cégep lorsque les libéraux de Jean Charest ont été élus une première fois en 2003. Depuis cinq ans, cette formation n’a pas changé, malgré les nombreux commentaires d’analystes et de politologues sur le prétendu recentrage de Jean Charest et sa supposée redécouverte de valeurs libérales qui ne sont pourtant pas évidentes à tenter d’accoler à ce parti. Par rapport à l’éducation, entre les coupes sournoises dans l’aide financière aux études de 2005, le recyclage des centaines de millions de dollars du gouvernement fédéral destinés à l’éducation supérieure en baisse d’impôts en 2007 et les commentaires d’Henri-François Gautrin de la semaine dernière, il y a une grande cohérence.
Ce type d’orientation envers les programmes sociaux et l’égalité des chances s’est illustré dans une foule de politiques mises en place par ce gouvernement. En vrac et dans le désordre: contrats de travail et interdiction de moyens de pression pour les employés du secteur public adoptés sous le bâillon, lois antisyndicales au détriment des éducatrices de garderie et des aidant naturels, cession du développement de l’énergie éolienne à des intérêts privés, en rupture avec l’esprit de la nationalisation de l’électricité, en place au Québec depuis les années 1960. Ces décisions à caractère économique ont été accompagnées de mesures ayant plus à voir avec le patronage, dont la vente à rabais du parc du Mont-Orford à un entrepreneur ami ou le financement quasi occulte d’école privées juives. Le chaos engendré par les «défusions» municipales a été créé pour des raisons électoralistes, les populations anglophones des anciennes municipalités de l’ouest de l’île de Montréal étant des piliers historiques du PLQ.
Réaction économique et sociale, patronage et vil opportunisme électoral sont les trois principaux traits de l’héritage que laisseront les gouvernements de Jean Charest dans l’histoire du Québec si les prochaines années ressemblent aux précédentes.
***
Le présent éditorial est le dernier que je signe à titre de rédacteur en chef du Montréal Campus. Je tiens à remercier chaleureusement l’équipe de cette année avec qui j’ai eu la chance de réaliser de l’excellent travail qui, je l’espère, aura profité à un grand nombre de personnes fréquentant l’UQAM. Je tiens aussi à saluer les équipes précédentes avec lesquelles j’ai travaillé au cours des deux dernières années et qui m’ont permis de faire de précieux apprentissages et de passer de collaborateur débutant et maladroit à rédacteur en chef du journal… Merci.
redacteur.campus@uqam.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *